VOLONTARIAT

Témoignage d’un volontariat à l’étranger pas comme les autres

Le volontariat, une expérience humaine

Un nombre croissant d’étudiants et jeunes diplômés choisissent de donner de leur temps afin de partir faire du volontariat à l’étranger. Aujourd’hui Estelle a accepté de nous raconter sa formidable expérience !

Salut ! Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Estelle, j’ai 27 ans et suis juriste dans une communauté d’agglomération. Passionnée de voyages et d’animaux, il y a longtemps que j’espérais pouvoir faire du volontariat à l’étranger.

Partir en Afrique du Sud, était-ce un choix ou un hasard ?

Plutôt un hasard. Je devais au départ partir en vacances avec mon conjoint, mais nous n’avons pu valider nos congés en même temps. Je me suis donc dit que c’était l’occasion de tenter l’expérience de partir seule faire du volontariat à l’étranger. Je ne savais pas vraiment dans quel pays partir, et j’ai donc fait des recherches. J’ai fini par découvrir VolonTerre Africa, agence spécialisée dans ce type de voyage en Afrique du Sud, et je me suis lancée.

Peux-tu nous parler de ce que tu as fait en Afrique du Sud ?

J’ai rejoint la mission Education Enfants – Animaux, qui se situe près du parc Kruger. Cette association recueille les animaux blessés ou abandonnés, les soigne et, si possible, les réintègre dans leur milieu naturel. Chaque jour, nous nettoyions les enclos, nourrissions les animaux, et prenions bien entendu le temps de les câliner et de jouer avec eux. Chaque semaine, la mission accueille 8 enfants (qui ont en moyenne 13-14 ans), habitant des villages alentours, pour les sensibiliser à la protection de l’environnement et à la protection des animaux. Les enfants s’occupent des animaux avec les volontaires, qui leur dispensent par ailleurs des cours sur divers sujets en lien avec la protection de l’environnement (anti-braconnage, écologie, …). C’est également l’occasion d’échanger avec eux sur des sujets sociaux, tels que le respect, les drogues, l’alcool, le sexe,… une bonne façon de lever les tabous et de leur permettre de poser les questions qui leur tiennent à cœur.

Qu’as-tu retenu de ton expérience ?

Les belles rencontres que j’ai pu faire sur place, que ce soit avec les autres volontaires, l’équipe du staff, les enfants ou les animaux. Mais également le sentiment d’être utile et la satisfaction d’intervenir dans un domaine qui me correspond : l’écologie et la protection des animaux.

Que peux-tu nous dire sur la vie en Afrique du Sud ? As-tu eu un choc culturel, une anecdote à raconter ?

J’ai pu rencontrer des gens extrêmement accueillants, toujours prêts à vous aider. Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de visiter les villages, mais la rencontre avec les enfants et l’équipe du staff m’a dévoilé une culture magnifique, d’entraide et de partage. Je garde en mémoire la soirée où nous avons dansé avec les enfants autour d’un grand feu, en chantant des chants africains. Ils nous ont transmis la joie qui les anime et leurs rires communicatifs. Une expérience que je ne suis pas prête d’oublier.

Qu’est-ce que tu y as aimé ?

Outre les rencontres, le contact avec les animaux. J’ai adoré pouvoir m’occuper d’eux chaque jour, les approcher et sentir les liens qui se créaient avec certains d’entre eux. J’ai eu un vrai coup de cœur pour Molly, petit cochon sauvage de 5 mois qui adore les câlins et … jouer au foot.

Quels endroits as-tu pu découvrir durant ton séjour ?

À mon arrivée à Johannesburg, j’ai pu visiter la ville dans laquelle a vécu Nelson Mandela, Soweto. Ce fut l’occasion de visiter le musée de l’apartheid, témoignage d’un passé lourd et difficile pour les sud-africains mais une belle façon d’en apprendre plus sur Mandela, et sur le courage dont il a fait preuve pour faire évoluer les mentalités.

Dans un autre registre, j’ai également pu me rendre au Blyde Canyon, qui est un site majestueux d’Afrique du Sud.

Une autre partie de mon séjour a été consacrée à une autre mission, la mission Recherche et Conservation, qui m’a permis de vivre en campement dans la réserve et d’approcher les animaux de la savane au plus près.

Quels sont tes conseils pour tous ceux qui envisagent de partir comme toi ?

Ne pas avoir peur de se lancer dans cette belle aventure, même si l’on est seul.

On y apprend beaucoup sur soi-même, sur sa capacité à s’adapter à des conditions différentes que celles que l’on connait, et cela permet également de rencontrer des gens exceptionnels. On rentre de ce type de voyage avec une certaine fierté d’avoir accompli ces missions, mais surtout avec une grande ouverture d’esprit.

Recommanderais-tu l’Etudiant Voyageur à tes ami(e)s ? Et pourquoi ?

Oui, car je pense qu’il est important de pouvoir lire des témoignages sur ce type de mission, qui ne correspond pas forcément aux vacances telles qu’on les imagine (on oublie la plage et les cocotiers !), mais qui permet de se sentir vraiment utile et de revenir en se disant : j’ai contribué, à mon échelle, à rendre le monde un peu meilleur.

 

Merci beaucoup à Estelle pour son témoignage inspirant qui nous donne envie nous aussi de nous engager au service des autres !

Tu aimerais à ton tour vivre une expérience de volontariat ? N’hésite pas à télécharger gratuitement et au format PDF notre guide dédié !

PARTAGEZ SUR
partager sur facebook partager sur twitter partager sur Google+ partager sur Pinterest