Image default

Témoignage de Maëlys partie en Service Volontaire Européen en Slovaquie

Notez cet article

Expérience à l’étranger – Et pourquoi pas le S.V.E ?

Tu souhaites faire une pause dans ta vie ? Pourquoi ne pas partir en Service Volontaire Européen (SVE) ? Cette opportunité te fera vivre de formidables aventures et t’ouvrira à de très belles opportunités comme ce fut le cas pour Maëlys qui nous raconte son expérience en Slovaquie.

Salut Maëlys ! Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Maëlys et j’ai 25 ans. Après être partie plusieurs fois à l’étranger dans le cadre d’un séjour au pair, j’ai décidé de faire un Service Volontaire Européen (SVE) à la fin de mes études universitaires.

Partir en Slovaquie était-ce un choix ou plutôt une obligation pour toi ?

Je dirais un peu des deux. Je voulais partir dans un pays que je ne connaissais pas ou très peu et qui était différent des pays où j’avais vécu auparavant (France, Autriche, Allemagne, Italie, Grèce). Lorsque j’étais jeune fille au pair en Autriche, j’ai eu l’occasion de visiter quelques villes d’Europe centrale comme Prague, Budapest, Bratislava et je voulais en savoir plus sur ces pays, leur langue, leur culture et leurs habitants. La Slovaquie fut cependant un hasard. En effet, mon organisation d’envoi m’a proposée trois projets en Hongrie, en Pologne et en Slovaquie et j’ai choisi le projet plus que le pays.

Peux-tu nous parler de ce que tu as fait en Slovaquie ?

Mon projet consiste à m’occuper d’enfants Roms après l’école. Nous leur offrons un lieu où ils sont en sécurité, apprennent le respect et peuvent s’amuser. Les activités proposées varient tous les après-midi : danse, chant, théâtre, aide aux devoirs, bricolage, sport, jeux de société. Pour ces activités les enfants qui viennent ont entre 4 et 14 ans tandis que le vendredi soir, nous proposons aux jeunes de plus de 14 ans un endroit où il peuvent venir jouer au ping-pong ou autres jeux de société ou tout simplement parler avec leurs amis en grignotant des snacks qu’ils achètent sur place.

En plus de mon projet, j’ai eu l’occasion, durant l’année scolaire, de rencontrer un autre public et de pratiquer les langues anglaise et allemande. En effet, j’ai aidé la professeure d’anglais dans la mise en œuvre d’une pièce de théâtre et été assistante d’allemand auprès de trois professeures dans un lycée. Cela m’a permis de diversifier mes activités, ce que j’ai beaucoup apprécié.

Une partie des enfants du centre

Qu’as-tu retenu de ton expérience ?

C’est la première fois que je vis dans un pays où je ne connais pas du tout la langue et où l’anglais n’est pas très répandu (à part dans les grandes villes). Le slovaque étant assez difficile à apprendre, il a parfois fallu faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour me faire comprendre. Après 10 mois en Slovaquie, je ne parle certes pas couramment leur langue mais je me débrouille. Je pense qu’à l’avenir, je n’aurais pas peur de partir sur une longue période quelque part sans connaître la langue au préalable car au fond, on trouve toujours un moyen de se faire comprendre.

Les familles au pair dans lesquelles j’ai séjourné étaient toutes plus ou moins aisées tandis que cette année, j’ai principalement côtoyé la misère sociale. Cela m’a fait prendre beaucoup de recul sur soi-même et se rendre compte de la chance qu’on a. J’ai aussi constaté qu’encore beaucoup de personnes font des amalgames et ne sont pas ouvertes d’esprit. J’ai malheureusement entendu beaucoup de remarques négatives sur le fait que je travaillais avec la communauté Roms.

Vivre à l’étranger permet de rencontrer les locaux et d’apprendre à mieux les connaître. J’espère que mon expérience et surtout le fait que je la partage permettra aux gens d’avoir un regard nouveau.

Que peux-tu nous dire sur la vie quotidienne sur-place et sur ses habitants ?

Je vis dans une toute petite ville du nom de Jelšava. Autrefois, très riche grâce à son activité minière, le déclin de l’industrie dans cette région fait de Jelšava, depuis des décennies, une des villes avec un taux de chômage très élevé. Jelšava est également la première ville de Slovaquie où la minorité rom est devenue la majorité rom. Globalement, j’avais l’essentiel sur place comme plusieurs supérettes, une pizzeria qui a malheureusement fermée, un bar … La ville est entourée de montagnes et j’ai adoré m’y balader. Le réseau des bus est aussi bien desservi donc j’ai pu facilement partir découvrir les villes voire pays alentours. Je n’ai pas eu de gros choc culturel.

Evidemment, chaque pays a ses coutumes comme par exemple ici offrir des chaussons à ses invités ou la soupe en entrée au restaurant quelque soit la saison. Peut être une différence marquante serait la tradition pascale. En effet, le lundi de Pâques, les garçons vont de maison en maison, versent de l’eau sur les filles et les fouettent avec une baguette en osier. En échange, ils reçoivent des filles des œufs peints et un ruban coloré à mettre sur le fouet.

 

Jelsava – Slovaquie
 

Qu’est-ce que tu y as aimé ?

Le Service Volontaire Européen est une bonne passerelle entre les études et la vie active. Ce programme européen est bien encadré car nous sommes aidés par une organisation d’envoi qui nous prépare et une organisation d’accueil qui nous reçoit puis durant l’année nous avons des séminaires de suivi organisés par l’Agence Nationale du pays. En même temps, nous choisissons le projet comme nous choisirions un travail mais nous avons plus de liberté quant à sa mise en oeuvre. De plus, notre organisation d’accueil doit nous laisser un budget et du temps pour la réalisation d’un projet personnel ou en groupe (en rapport avec notre SVE évidemment). J’ai aimé le côté multiculturel/multilingue de mon quotidien de volontaire. Je travaillais avec 5 autres volontaires européens et des volontaires locaux. Bien sûr, c’est plus de défis mais c’est stimulant et on apprend beaucoup au contact des autres notamment étrangers.

Quels endroits as-tu pu découvrir durant ton séjour ?

Avant de venir, je ne connaissais que la capitale slovaque, Bratislava et j’ai pu découvrir que la Slovaquie avait beaucoup à offrir. Je n’ai pas particulièrement aimé les grandes villes slovaques mais j’ai eu un vrai coup de cœur pour ses châteaux (Spis, Bojnice par exemple) et ses parcs nationaux (le Paradis slovaque notamment). Il y a énormément de belles randonnées à faire dans ce pays encore trop méconnu. La Slovaquie étant un petit pays, il est facile de visiter ses pays voisins. J’ai eu l’occasion de revisiter la Hongrie et le République Tchèque mais également de découvrir la Pologne et la Roumanie.

Slovaquie – Château de Bojnice

Quels sont tes conseils pour celles et ceux qui envisagent de partir comme toi ?

Ne pas hésiter ! Ce programme européen est une vraie opportunité pour les 18 – 30 ans de découvrir l’Europe, faire de belles rencontres et être utile auprès des autres. Choisissez un projet plutôt qu’un pays et renseignez vous bien sur le lieu de votre projet et voyez si ça colle avec votre nature. Par exemple, si vous êtes du genre à aimer rencontrer des gens ou sortir le soir, évitez les petits villages perdus.

Comment as-tu entendu parler de l’Etudiant Voyageur ?

J’avais déjà écrit un témoignage sur mon premier séjour au pair à Berlin en 2017.

Recommanderais-tu l’Etudiant Voyageur à tes proches ?

Bien sûr ! C’est toujours intéressant de lire des témoignages de personnes qui ont vécu une expérience que l’on souhaiterait vivre.

Merci à Maëlys pour son témoignage qui nous encourage à partir vivre une expérience à l’étranger !

Toi aussi n’hésite pas et lance-toi dans l’aventure tu ne le regretteras pas ! En attendant, pour t’aider, n’hésite pas à télécharger gratuitement notre guide « Volontariat à l’étranger » !

Tu peux également consulter l’article relatif à ce programme : Autres formes de volontariat Bénévolat Service civique VIE Comment partir en Service Volontaire Européen (SVE) ?

Articles en relation

L’expérience de Constance en séjour linguistique à Oxford

Claire

L’expérience de Séverine partie en stage au Costa Rica

Claire

Récit d’une aventurière partie aux USA avec Work and Travel

Claire
avatar
  Recevoir les réponses  
Me notifier des