Image default

Comment faire un job d’été au Canada ?

Notez cet article

Et si cette année tu tentais un rêve un peu fou ? Toi qui a toujours songé de partir loin de chez toi, le temps de quelques semaines, ou de quelques mois ? Le tout dans un cadre dépaysant et différent de la France ? Nous avons une petite idée pour toi… Que dirais-tu de faire un job d’été au Canada ? Partant ? Allez, suis-nous, on t’explique tout !

L’avantage de travailler au Canada

Parce que tu es jeune, parce que tu as la santé et parce que tu aimes bouger, nous comprenons tout à fait que tu veuilles découvrir un autre pays que le tien. D’ailleurs, beaucoup de jeunes, qu’ils soient étudiants ou non aimeraient pouvoir y parvenir.

En plus d’être une expérience personnelle garantie, cela renforcera également ton expérience professionnelle. Le Canada étant une région proche des USA et dont les habitants parlent couramment anglais, tu pourras ainsi t’y établir quelque temps pour améliorer ton niveau d’anglais.

En effet, il n’y a pas mieux que d’être en pleine immersion linguistique pour apprendre une langue. Cela sera également l’occasion de découvrir une culture multi-ethnique riche, ainsi que des paysages à couper le souffle !

Quelles procédures ?

La première chose à savoir lorsque l’on souhaite partir en job d’été au Canada sera de demander un visa. Pour cela, les conditions ainsi que le processus d’obtention de visa de travail va différer en fonction de la demande.

Par exemple, si tu es déjà étudiant au Canada et que tu souhaites travailler sur ton campus à temps partiel par exemple, nul besoin de demander un visa de travail, car ton permis d’études te permet déjà d’effectuer de petits travaux en parallèle à tes cours, ou de travailler durant la période estivale.

Depuis 2014, la ratification de l’accord de mobilité des jeunes signé en 2013 par le Canada et la France, a entraîné de nombreux changements, dont la dissolution de la catégorie Job d’été. En effet, le permis Job d’été qui permettait aux jeunes entre 18 et 35 ans de partir pour une durée maximale de 3 mois a été remplacé par deux autres permis issus du programme de l’EIC (Expérience Internationale Canada).

Quels visas ?

Il est alors possible de passer par un visa JP ou un PVT sachant que ces derniers sont prolongeables jusqu’à 24 mois maximum. Le seul problème résidera dans le fait que tu ne peux partir qu’une seule fois avec l’un de ces permis, ces derniers étant non cumulables.

Afin d’en faire la demande, il faudra que tu te rendes sur le site du CIC. Pour ce faire, tu devras te créer un compte et commencer à remplir les champs demandés en réunissant différents documents (photos d’identité, carte identité, CV, photocopies de ton passeport etc.) pour pouvoir constituer ton dossier.

A savoir que les quotas pour le PVT sont inférieurs à la demande annuelle. En effet on estime que si tu ne peux partir qu’une seule fois là-bas, c’est tout simplement parce qu’il y a un quota limité d’étudiants chaque année. La France n’étant pas le seul partenaire du Canada, ce dernier souhaite alors laisser une chance à tout le monde. Ne soit donc pas déçu si tu n’es pas pris dès la première année, tu pourras retenter ta chance pour la suivante… Tu peux d’ailleurs commencer par t’informer sur les conditions d’admission de ce visa.

Si tu souhaites avoir plus de chances de partir, mieux vaudra te tourner vers un permis JP, accessible pour les personnes âgées entre 18 et 35 ans, de nationalité française, ayant trouvé un emploi dans le domaine correspondant à leur formation initiale.

Quel déroulement ?

Quoi qu’il en soit, l’obtention de ton visa se fera en deux étapes clés. La première passe évidemment par la validation de ton dossier par les services de l’EIC. Après consultation de tous les éléments qui seront dans ton dossier, l’état canadien décidera d’accepter ou non celui-ci. Si la réponse est favorable, tu recevras alors un mail t’invitant à payer les frais de dossier (126$CAN pour le JP et 226$CAN pour le PVT).

Une fois le règlement effectué, ta candidature sera une nouvelle fois vérifiée, pour voir si elle est en accord avec les lois canadiennes cette-fois. Si tel est le cas, ton dossier sera définitivement accepté. Une lettre d’introduction te sera alors envoyée par e-mail. Elle ne constitue pas en soit ton VISA, mais la preuve que tu remplis bien toute les conditions lors de ton passage à la douane Canadienne. C’est alors un agent qui te délivrera ton permis de travail à ton arrivée.

Articles en relation

Et, si tu trouvais du travail au Canada ?

Claire

Les différents visas pour le Canada

Claire

Les secteurs qui ne connaissent pas la crise au Canada

Claire