Image default

Erasmus plus : des universités européennes dès la rentrée 2019 ?

Erasmus plus : des universités européennes dès la rentrée 2019 ?
4.4 (87.2%) 25 votes

Dans un communiqué paru en octobre dernier, la Commission européenne a lancé un appel à propositions pour la création d’universités européennes. Près de 30 millions d’euros seront alloués au projet. Comme Erasmus plus, il vise à encourager la mobilité internationale et la formation de la jeunesse européenne.

Vingt universités européennes d’ici à 2025

Il s’agissait d’une promesse faite par Emmanuel Macron. Dans un discours prononcé aux universités de la Sorbonne le 26 septembre 2017, le Président de la République envisageait déjà la création d’universités au sein de l’Union Européenne. Devant un parterre d’étudiants français et étrangers, le chef de l’Etat soumettait « la création d’universités européennes qui seront une réseau d’universités de plusieurs pays d’Europe ».

Avant d’ajouter : « Nous devons nous fixer, d’ici à 2024, en construire au moins une vingtaine. Mais nous devons, dès la prochaine rentrée universitaire, structurer les premières, avec de véritables semestres européens et de véritables diplômes européens ». Les premières universités européennes devraient, en effet, voir le jour très rapidement, dès la rentrée 2019. En tout, ce sont près de vingt établissements qui sont attendus d’ici 2025.

Lire aussi : comment obtenir une bourse d’études Erasmus + pour financer son départ ?

Universités européennes : en quoi ça consiste ?

« Imaginer l’Université de demain »

Fin octobre, la Commission européenne s’est emparée du sujet de l’européanisation de l’éducation et de la formation professionnelle. Elle a fait paraître un appel à propositions pour 2019. L’objectif est de constituer un réseau d’établissements au sein de l’Union européenne afin d’améliorer la recherche, l’enseignement supérieur ou encore l’innovation entre les nations européennes. En outre, accentuer les liens entre les établissements de l’enseignement supérieur permettrait d’améliorer leur coopération. « Imaginer l’Université de demain à l’échelle de l’Europe, c’est répondre à la fois à des objectifs d’attractivité de nos universités dans la compétition mondiale », précise le communiqué partagé par Frédérique Vidal, l’actuelle ministre de l’Enseignement supérieur.

Faire ses études dans toute l’Europe

En pratique, les étudiants auront la possibilité de poursuivre des études dans plusieurs établissements européens. Ce qui leur permettra d’obtenir un diplôme reconnu par les pays partenaires participants au programme développé par Erasmus plus. L’objectif est également de concrétiser un projet de mobilité internationale motivé par l’élève. Et par conséquent, développer l’employabilité des jeunes diplômés aux termes de leurs études. Il s’agit de donner « à chaque jeune l’opportunité de construire son avenir, non à l’échelle de son propre pays mais à l’échelle du continent », annonce le ministère de Frédérique Vidal.

Près de 30 millions d’euros attribués au projet

L’appel à propositions lancé par la Commission européenne s’adresse spécifiquement aux universités ou aux programmes de jeunesse comme Erasmus. Son budget atteindra les 3 milliards d’euros en 2019, précise Les Echos Start (+ 10% par rapport à 2018). Le guide du programme de la création d’universités européennes s’accompagne d’une enveloppe financière de 30 millions d’euros. La France a d’ores et déjà prévu de participer activement au processus de créations d’universités européennes. L’Hexagone allouera près de dix millions par an sur dix années afin de concrétiser ces projets de coopération ambitieux. Six projets pilotes d’alliances entre facultés françaises et européennes devraient sortir de terre rapidement.

🌍 Bon à savoir : le Royaume-Uni est la destination préférée des étudiants. La Grande-Bretagne (32%) devance l’Allemagne (16%), l’Autriche (16%), l’Espagne (15%) et le Portugal (15%).

Erasmus plus, l’aide à la mobilité universitaire

Qu’est-ce que c’est ?

Créé en 1987, le programme Erasmus + accompagne les étudiants européens dans leurs envies d’étudier non pas dans le monde entier mais sur le Vieux-Continent. Ouvert aux jeunes qui entament leur deuxième année d’études, le projet Erasmus plus se réalise sur une durée allant de trois mois à un an à l’étranger. C’est l’établissement universitaire qui propose et souvent organise ce type d’échange. A l’aide d’alliances nouées avec un pays participant au programme, l’étudiant peut suivre des cours dans une université partenaire. Au-delà du cadre scolaire, des échanges peuvent s’organiser autour des thématiques de la jeunesse et du sport par exemple.

Le programme en 5 chiffres

  • Plus d’1 million d’étudiants français sont partis avec Erasmus + en trente ans. La France est le premier pays européen à envoyer des étudiants.
  • 125 000 universités et structures partenaires participent au programme.
  • 85% des jeunes concrétisent ce projet dans le but de taper dans l’oeil d’un recruteur et augmenter leur chances de décrocher un emploi.
  • 14,7 milliards d’euros sont alloués au budget jusqu’en 2020.
  • 1 million d’enfants seraient issus d’un couple qui s’est rencontré pendant un voyage Erasmus.
bannière générale pour télécharger les guides

Articles en relation

Erasmus : tout savoir pour étudier à l’étranger

Une année record pour le programme Erasmus

Erasmus Days 2018 : 500 événements attendus en France