Image default

Etudier à l’étranger : les clés de la réussite

🕒 Lecture 3 minutes
Etudier à l’étranger : les clés de la réussite
3 (60%) 1 vote

Partir faire ses études à l’international peut être une expérience très enrichissante ou traumatisante. Le challenge pour le jeune est de s’intégrer dans un environnement différent du sien. L’éloignement rajoute aux difficultés. Cependant, ça n’a rien de sorcier. Il suffit d’avoir les bons atouts en main. Voici un panel d’astuces pour finir ses études à l’étranger avec brio.

Assurer un départ sans surprise avec une bonne préparation en amont

Partir pour un autre pays ne s’improvise pas. Les coups de chance sont rares, et de toute façon un avenir, ça se prépare. La décision de rester ou pas se prend le plus tôt possible. En effet, cela permettra au futur étudiant d’entreprendre les formations nécessaires à son admission. Certains exigent la connaissance de leur langue officielle.

Par ailleurs, la destination se définit également assez tôt. Se dépayser n’est pas forcément une bonne idée. L’aspirant au départ doit garder en tête que la raison du voyage reste les études. Il va falloir jongler entre l’adaptation à la nouvelle culture, et la pression de l’apprentissage. Il est préférable d’aller vers les pays que l’on connaît un minimum.

Il faut également déterminer le type de logement qui convient le mieux au futur étudiant. Cette décision se prend selon le budget, mais aussi la personnalité du jeune.

Comment réussir ses études à l'étranger ?
Participer à un échange universitaire est une décision importante mais bénéfique sur de nombreux points

Suivre un cursus sans anicroche et ressortir victorieux de cette expérience

Le choix des cours représente le premier piège. Certes, la soif d’apprendre dévore. Toutefois, il faut se montrer raisonnable et ne relever que les défis que l’on est sûr de gagner. Pour ne pas étouffer dans cette nouvelle ambiance, il faut s’aménager des moments de loisir.

Le pays qui accueille mérite d’être découvert. En plus, l’épanouissement psychique exige de se faire des amis, de tisser des relations. Concernant ces détails, prévoir un budget est salvateur. Certaines villes présentent un niveau de vie moins élevé qu’en France. Mais le rythme estudiantin entraîne des dépenses insoupçonnées et souvent mal pensées.

En tant qu’indépendant, il est obligatoire de rester ferme sur la gestion de l’argent. Se lier avec les professeurs représente une clé pour s’assurer un parcours réussi. La vie associative en général favorise l’intégration et donc le sentiment d’attachement. Cette sensation annihile ou au moins réduit le blues.

Prendre la décision de rester hors de son pays natal

Décider de rester loin de chez soi n’a rien d’évident. Cependant, il existe des opportunités qui ne se renouvelleront pas. Parfois, ces chances se présentent dans le pays d’étude. Le choix de rester ou pas est purement personnel. Mais des critères pratiques subsistent.

D’abord sur la question de l’affectivité. Savoir qu’il va falloir s’intégrer dans un pays pendant un temps limité est une chose. Mais songer à s’y installer pour une durée indéterminée en est une autre. Le sentiment d’appartenance se place avant toute autre considération.

Ensuite viennent les questions administratives. Corée est une destination idéale pour un voyage linguistique, consulter les détails sur ce site aide le jeune diplômé à se situer par rapport à ces tracasseries. Le visa étudiant ne vaut peut-être plus sur le marché du travail. Certains pays ont pour politique de prioriser les demandeurs d’emploi locaux. Les sociétés ne recrutent d’étrangers que très rarement. Il faut se demander si cette situation est viable.

bannière générale pour télécharger les guides

Articles en relation

Quelles sont les meilleures universités au monde pour étudier ?

MonSalonEtudiant.com : participe au premier salon et tente de gagner une des deux bourses de 2 000 euros

Ce que tu dois prendre en compte pour étudier à l’étranger