Image default

L’expérience de Léa pour ses études aux USA

Notez cet article

Faire ses études aux USA : l’American Dream

Les États-Unis font partie de ces pays qui dégagent quelque chose de fort avec une grande attractivité.
Nous revoilà donc avec un article tiré de l’expérience de la charmante Léa qui s’est prêtée au jeu en nous parlant un peu plus de son voyage aux USA dans le cadre de ses études. Dans cet article, tu trouveras tout ce qu’il y a de bon à savoir si tu veux partir faire tes études aux USA.

Peux-tu nous parler de toi et de ton parcours ?

Après mon Bac ES, j’ai fais un DUT Techniques de Commercialisation à Aix-en-Provence. Je suis partie aux USA en faisant un DUETI et je suis actuellement en M1 à l’IAE d’Aix en Provence. J’ai toujours aimé voyager et voulu vivre à l’étranger. Dès l’école primaire, je disais à mes parents que plus tard je vivrai en Suisse ou en Australie (Allez savoir pourquoi).

Partir aux USA : un choix ou un hasard ?

Les USA évidemment j’y pensais mais pour moi c’était plus un rêve inaccessible. On a tous cette image du campus américain dans les films mais jamais je n’aurais imaginé avoir l’opportunité de partir là-bas dans le cadre de mes études. J’avais pour projet de partir en Norvège pour ma 3ème année via les partenariats de mon IUT.

Tout a changé le jour où notre IUT nous a proposé le programme ISEP qui permet de choisir parmi 150 universités américaines via un système d’échange. Avec plusieurs amis nous nous sommes inscrits et nous avons du passé le test du TOEFL (le programme demande un minimum de 80 pour pouvoir prétendre à une place). Le nombre de place était très limité (seulement 2 places pour tout mon IUT) mais j’ai finalement eu la chance d’être acceptée et de vivre mon « American Dream ».

Peux-tu nous parler de ton année et de ta vision du monde dans lequel tu vivais aux USA ?

J’ai toujours aimé les grands espaces et particulièrement la montagne. C’est pourquoi j’ai postulé à toutes les universités situées dans l’État de Washington connu comme « L’Evergreen State » (L’État des Sapins).

J’ai été acceptée à Whitworth University, une petite université privée de 3000 étudiants située à Spokane (4 heures en voiture à l’Est de Seattle environ). Je vivais au paradis des « outdoors activities » avec des stations de ski à moins de 1h de mon campus, un state park a 5 minutes et un campus magnifique. J’ai échangé les pigeons français avec de petits écureuils et biches gambadant sur le campus !

Dès mon arrivée, j’ai été prise en charge par une équipe de relation internationale qui a fait un travail génial. Ils nous ont énormément aidé dans nos démarches (ouvertures de compte bancaire par exemple). Whitworth n’est pas une université comme les autres. Elle est d’ailleurs reconnue comme l’une des universités ayant les étudiants les plus gentils du pays !

Loin des clichés de l’Amérique, l’Etat de Washington est basé sur le style de vie sain et je me souviens que la plupart des étudiants du campus étaient des sportifs et passaient leur temps en tenue de sport.

Le monde de Whitworth était une véritable bulle de joie. Chaque étudiant fait attention aux autres, est souriant et accueillant. Alors que je m’attendais à ne rester qu’avec des internationaux, au bout d’une semaine j’ai rencontré de très bons amis Américains et j’ai pu découvrir, entre autres, la vie nocturne du campus.

Néanmoins, ce qui m’a marqué reste la pression que les élèves subissent à cause du prix de la scolarité (45 000$ l’année sans le logement ni le repas !). Ils font de leur mieux pour ne pas perdre une année et pour pouvoir économiser. Je me souviens d’une personne qui enchaîné deux boulots en plus de ses études pour pouvoir diminuer sa (future) dette.

Malgré tout, l’investissement effectué fait que les étudiants prennent leurs études au sérieux et l’arrivée à l’université est un événement marquant dans leur vie.

Lea

Est-ce facile pour suivre des études aux USA ? Comment t’y es-tu prise ?

Avec les conversions de crédits Américains/Européens, je n’ai eu qu’à suivre 4 cours par semestre pour valider mon année. Résultat: j’avais entre 1h30 à 3h de cours par jour. Malgré tout je n’ai jamais autant travaillé de toute ma scolarité. La charge de travail à domicile est très importante. Il faut systématiquement arriver en cours en ayant lu les chapitres a étudier le jour même (parfois 70 pages en ayant été prévenue 2 jours avant). Tout est mis en place pour aider les étudiants à travailler avec notamment une BU ouverte jusqu’à minuit avec de nombreuses salles d’études, ordinateurs Apple tout équipé etc…

Malgré un bon score au TOEFL, les premières semaines ont été difficiles car je devais m’habituer à l’accent Américain et mes professeurs avaient parfois du mal à me comprendre à cause de mon accent.

Je me souviens de mon tout premier cours en journalisme, je devais interviewer un camarade de classe et écrire un petit article sur lui pour le cours suivant. Au final je n’ai quasiment rien compris à cause de son accent et j’ai du aller sur son Facebook pour confirmer mes informations.

Enfin, je n’oublierai jamais à quel point les professeurs sont présents pour leurs élèves. Ils encouragent fortement la prise de rendez-vous individuels et il est même possible d’aller prendre un café avec eux (et obtenir un réduction sur la commande au passage). Bien plus qu’une simple aide aux devoirs, la relation professeur/élève est très forte et est basée sur des bases saines sans une réelle hiérarchie.

En France l’élève doit apprendre alors qu’aux USA (du moins à Whitworth), c’est le professeur qui doit transmettre le savoir ce qui fait une grande différence.

As-tu eu besoin dun visa ? Quels sont les coûts et les démarches ?

Oui j’ai du faire un visa J-1. L’organisme ISEP m’a servi de sponsor (normalement il faut être capable d’avoir 20,000$ sur son compte pour pouvoir obtenir un visa). ISEP m’a beaucoup aidé dans ma démarche, d’autant plus que j’étais en stage en Espagne au moment de la création de mon dossier de visa.

Étape 1 : Inscription en ligne

Il vous faut :

  • Passeport à jour
  • DS 2019 (document fournit par votre université d’accueil une fois accepté, récapitulant les grandes lignes de votre échange)
  • Payer la taxe SEVIS

Une fois l’inscription en ligne fini, vous pourrez obtenir un rendez-vous au consulat des États-Unis à Paris (à deux pas de la place de la Concorde). Et oui, il va falloir prévoir dans votre budget un séjour à la capitale. Vous pouvez faire un aller-retour dans la journée, mais prévoyez une heure de retour pas trop proche de votre rendez-vous (en cas de retard il serait dommage de louper votre train/avion). Vous devrez imprimer votre DS160

Étape 2 : Le Rendez-Vous

Il vous faut :

  • Une enveloppe chronopost
  • DS-2019
  • DS-160
  • Photos d’identité
  • Confirmation du paiement de la taxe SEVIS
  • Preuve du paiement en mandat compte

ISEP se chargera de vous aider dans vos démarches et vous donnera une liste encore plus complète. 3 jours après vous serez en fin titulaire du VISA J-1, conservez le précieusement lors de votre séjour.

Lea
Que peux-tu nous dire sur la vie aux USA (dans la ville où tu étais) et sur ses habitants ? As-tu eu un choc culturel ? Une anecdote à raconter ?

À l’image des vraies villes Américaines, Spokane est très éparpillée. Il s’agit de la seconde ville la plus grande de l’Etat de Washington mais il n’y a quasiment pas de centre ville à l’Européenne. L’un de mes conseils lorsque vous faites votre choix pour votre ville d’accueil, ne prêtez pas trop attention à la ville car vous n’y serez pas souvent (hormis de partir à Miami, New York ou Portland). J’ai du aller 5 fois maximum au centre ville pendant mon année. Entre le temps de transport (30 minutes environ), l’insécurité (une chose marquante aux États-Unis est le nombre de personnes sans domicile fixe et la drogue présente un peu de partout) et le manque d’activités, je préférais rester sur le campus ou visiter d’autres lieux.

Mon plus grand choc culturel a eu lieu sur mon campus. Comme je l’ai précisé plus haut, Whitworth est une université privée catholique, ce qui signifie notamment que l’alcool et les relations sexuelles sont interdits sur le campus.

La religion est prise bien plus aux sérieux par les jeunes américains que par les français. Par exemple, l’une des regles officieuses sur le campus est de se fiancer avant d’obtenir son diplôme (« A ring by Spring ») et j’ai connu de nombreuses personnes dans ce cas là. Autre exemple, lors d’une simple sortie paddle organisée par l’université, la personne encadrant notre activité nous a proposé de faire une prière à la fin de la journée. J’ai aussi assisté à des cours de management avec une perspective religieuse, lorsque l’on est habitué à la laïcité française cela devient assez vite déstabilisant.

Comment est le coût de la vie sur place ?

Le gros avantage d’ISEP est la réduction des coûts. J’ai du payer 5000$ pour toute l’année pour avoir accès à la cantine (matin, midi et soir). Du coup, je n’avais quasiment aucune dépenses en nourriture (hormis pour les snacks, café et sortie au restaurant). L’un des pièges de l’Etat de Washington est que les taxes ne sont pas inclues dans le prix, ce qui m’a causé quelques surprises à la caisse notamment lors de l’achat de mes fournitures scolaires et décorations en début d’année.

Lors de mon départ le taux de change était particulièrement favorable, ce qui m’a permis de vivre avec un budget de 350€ par mois (après conversion à l’époque environ 400$). Ce n’était plus trop le cas à la fin de mon séjour car le dollars était quasiment égal à l’euro.

Mes plus grosses dépenses ont été mes voyages (environ 300$ tout compris pour des week-end longs) mais il était pour moi impossible de partir aux USA sans prévoir un budget pour voyager.

Les vêtements et cosmétiques sont très peu chers. Il existe aussi une enseigne appelée « TJ MAXX » qui vend de tout (vêtement, bijoux, nourriture, décoration) avec des réductions allant jusqu’à 70% ce qui est très intéressant pour un budget étudiant.

Le plus cher reste le prix des forfaits téléphoniques et internet. Néanmoins, de nombreux endroits proposent la WIFI gratuite, c’est pour ça que j’ai choisi de ne pas investir dans un forfait américain. J’utilisais Whatsapp lorsque j’avais accès à la WIFI et en cas de problèmes je pouvais utiliser mon numéro français.

Qu’est-ce que tu y as aimé ?

Il est difficile de répondre à cette question tant mon expérience a été marquante. Néanmoins je dirais la mentalité Américaine en générale. Ils aiment faire le show et s’amuser. Ils ont des tonnes de « special day » tels que la journée des frères et soeurs ou même la journée des Pancakes ! J’aime aussi leur approche « The sky is the limit », vous ne les entendrez jamais dire qu’ils abandonnent. Enfin, quelque soit le lieux, tout le monde est sympa y compris dans les boutiques.

C’est lorsque l’on revient en France que l’on s’aperçoit que l’on a une approche de notre quotidien beaucoup plus négative.

Lea

Qu’est-ce que tu ne regretteras pas ?

Leur addiction à la citrouille !! À l’approche d’Halloween, j’ai frôlé l’overdose de produit à base de « pumkin spice » que ça soit du café, des Oréos ou même du hummus.

Plus sérieusement, je ne regretterai pas le fait que certaines relations restent très superficielles. Ils sont les rois des « small talk ». Si tu croises quelqu’un sur le campus il te parlera quelques minutes et te proposera de prendre un café plus tard. Il s’agit juste d’une formule de politesse et il ne le fera probablement jamais. C’est en partant qu’on s’aperçoit que certaines amitiés n’étaient pas aussi fortes que ce que l’on pensait. J’ai un ami Européen qui a étudié 4 ans à Whiwtorth et qui a quitté le pays en même temps que moi. Il m’a dit qu’il a eu depuis des nouvelles que de 2 ou 3 personnes malgré le temps passé sur le campus.

Quels endroits as-tu pu découvrir aux USA ?

L’avantage de l’État de Washington est qu’il est bien placé pour voyager sur la côte Ouest. Par exemple il est plus difficile de découvrir d’autres Etats lorsque l’on vit en Floride à cause de la situation géographique.

Mon premier voyage a été à Seattle lors du Fall Break. J’ai adoré cette ville située au bord de l’océan. Il y a des tonnes de choses à faire notamment le Space Needle (un gigantesque édifice construit lors de l’Exposition Universelle) qui offre une vue à 360 degrés sur la ville). Le seul point négatif reste le temps (il pleut plus de 300 jours par an).

Je suis ensuite partie à Portland dans l’Oregon pour Thanksgiving. Portland est une ville plus petite qui rappelle l’Europe. C’était un week-end plus reposant que Seattle. Les lieux incontournables sont Voodoo Doughtnut (THE place to be pour savourer de délicieux doughtnuts avec des centaines de parfums différents pour un tout petit prix). Il y a la queue de l’ouverture (10h du matin) à la fermeture (2H du matin). Le parc situé en centre ville est aussi magnifique et permet de prendre une grande bouffée d’air frais.

Lors de la session d’étude de Janvier, j’ai pu faire des cours de snowboard dans une stations de ski à 1h de mon campus. J’ai pu réaliser un rêve, découvrir une station de ski américaine, et découvrir quelques différence (par exemple il n’y avait pas de garde corps sur les télésièges !)

Enfin, lors de mon Spring Break, j’ai pu visiter Los Angeles, Las Vegas et le Grand Canyon (qui restera inoubliable). Los Angeles est une ville extrêmement étendue, pour aller d’un quartier à un autre il faut prendre l’autoroute (6 voies !). J’ai préféré le quartier de Santa Monica (vous avez probablement déjà vu dans les séries la fameuse grande roue sur la place) au bord de l’Océan Pacifique. Nous avons pu profiter du soleil en faisant du vélo le long de la plage entre Santa Monica et Venice Beach. J’ai moins aimé le quartier d’Hollywood bien trop touristique. Las Vegas est une expérience à vivre mais pour moi pas plus de 2 jours car, la légende est vraie, on s’y perd vite.

Plus globalement, je recommande de loger dans des auberges de jeunesse pour faire des économies et rencontrer des voyageurs de tous les horizons. Ne pas hésiter aussi à se renseigner sur les « pass culturels » qui permettent de faire des économies sur les visites. Enfin, se renseigner sur son campus vous trouverez toujours un Américain prêt à vous aider dans vos démarches (lieux à visiter, co-voiturage, logement…)

Quels sont tes conseils pour tous ceux qui envisagent de partir aux USA ?

Il faut être patient car les démarches sont longues. Ne pas se restreindre aux villes « phares » car du moment que l’on est dans le pays l’expérience est inoubliable et vous pourrez découvrir d’autres villes lors de vos voyages. Ne pas avoir peur d’aller dans une petite université pour s’intégrer plus facilement. Enfin apprendre à sortir de sa zone de confort pour pouvoir profiter pleinement de cette expérience inoubliable.

Pour plus d’informations, j’ai créé un blog sur toute mon expérience : https://leaaroundtheworld.wordpress.com. Et aussi une chaine youtube où j’ai posté mes voyages, et la vie sur le campus.

Léa 1

Merci Léa !

Articles en relation

Road-trip de Clément en Amérique Latine : le Nicaragua

Claire

Solenn est partie en séjour au pair à New York

Claire

L’expérience d’Alain en Amérique du Sud

Claire