Image default

Stage à New-York : Marianne se fait brosser le portrait par l’Etudiant Voyageur

Stage à New-York : Marianne se fait brosser le portrait par l’Etudiant Voyageur
5 (100%) 2 votes

Marianne était étudiante en MBA Luxe à Paris lorsqu’elle a décidé de partir en stage à New-York. Une pâtisserie de luxe vegan lui a fait confiance grâce à l’intermédiaire de MyInternshipAbroad. Tellement conquise par cette expérience, elle a retenté sa chance quelques mois plus tard avec un second stage aux Etats-Unis.

Une étudiante en vadrouille

Marianne a aujourd’hui 24 ans et travaille en tant que responsable communication et marketing pour une chaîne de salle de sport en France. L’assurance qu’elle possède désormais dans son métier vient de ses deux stages à New-York, effectués durant son MBA Luxe.

Elle avait décidé de partir pour changer d’air, et voir ce qu’il se fait à l’étranger. Elle en est revenue changée, grandie et surtout pleine de bonne volonté et de connaissances. Elle s’en sert dans son quotidien et dans son activité professionnelle.

Un stage unique et bien ficelé

L’étudiante est très famille et pourtant, elle a tout de même décidé de franchir le pas et de partir à l’étranger. Elle a choisi de s’entourer de l’équipe MyInternshipAbroad. Le site spécialisé est « génial, le processus est rapide. La première fois, je suis partie en deux semaines » nous confie-t-elle. « Ils travaillent comme aux Etats-Unis », avec eux, on ne ressent pas la lenteur administrative française.

Pour cette première expérience, ses parents l’ont beaucoup aidé, notamment sur l’aspect financier. C’est un investissement, car cela peut coûter cher mais l’expérience vaut tellement plus et elle est vite rentabilisée.

« J’ai été obligée de rentrer pour finir mes études »

La vie sur place

La jeune étudiante est, très rapidement, tombée amoureuse de New-York. La vie, les gens, tout est fait pour se sentir bien. « Mes parents ont vécu deux ans à New-York, ils avaient déjà les bases pour trouver un logement », c’était déjà un énorme avantage.

Marianne a décroché une place dans une colocation. Elle a vécu avec une autre fille, qui elle habite à New-York depuis des années. Elle lui a ouvert des portes dans les meilleurs lieux de la ville et a été d’une grande aide pour son intégration. Une grande amitié est née et elles continuent d’entretenir ce lien, même à distance. « Elle est devenue comme une sœur », indique-t-elle tendrement

La vie en entreprise

Le premier stage : une pâtisserie

Débarquée à New-York, Marianne a dû faire face à l’inconnu dès ses premiers pas sur le sol américain. Elle n’avait que 21 ans quand elle a intégré la pâtisserie de luxe vegan de Manhattan et pourtant… Elle a très vite été propulsée en haut de ses fonctions car le poste qu’elle occupait avait, en quelque sorte, été créé pour elle.

Les gérants voulaient donner une touche française à leur établissement, et c’est elle qui en portait fièrement les couleurs. Elle est devenue la responsable communication de la boutique et a obtenu, très vite, de grandes responsabilités à gérer.

Cinq semaines seulement se sont écoulées entre son premier et son second départ…

Le second stage : une agence immobilière

Pour le second stage, elle a intégré une agence immobilière de luxe, toujours à Manhattan. Cette fois-ci le processus a été un peu long car les recruteurs lui ont fait passer des tests. Ils voulaient être certains de leur choix. Cependant, le laps a été tout de même assez court car au bout d’un mois elle était déjà dans l’avion.

Elle a pu profiter à fond de la vie à New-York tout en occupant un très bon poste. En tant que Marketing analyst pour la grande agence immobilière, elle a acquis de nouvelles techniques de marketing. Ces notions encore inconnues en France, elle les a secrètement placées dans ses bagages. Elle s’en sert aujourd’hui pour son nouveau job.

« Il faut tenter sa chance. Si je devais repartir, je repartirais sans aucune hésitation. »

Devenir New-Yorkais, une activité à plein temps

Vivre à New-York ce n’est pas de tout repos. Le quotidien est quand même assez difficile. Il faut savoir s’intégrer rapidement pour pouvoir avoir une vie sociale. Mais ce n’est pas tout ! Marianne nous explique qu’il faut avoir un côté un peu « égoïste » pour ne manquer de rien. Le coût est élevé et, pour profiter pleinement, mieux vaut être seul.

Il est important de trouver un stage bien payé. C’est d’ailleurs ce qu’elle a compris et mis en pratique durant son second stage. Marianne avait décidé de se débrouiller par ses propres moyens pour cette nouvelle expérience. Elle se sentait comme à la maison, c’était donc plus facile pour elle d’être à l’aise dès les premières démarches.

stage à New-York Manhattan
Stage à New-York : le quartier de Manhattan

La barrière de la langue

Marianne a eu la chance de suivre des études dans lesquelles les cours étaient dispensés en anglais. Elle avait donc un bon niveau avant de partir mais elle manquait cruellement de confiance en elle. Les premiers jours à la pâtisserie ont été un peu difficiles. Elle s’est fait violence et a surmonté sa timidité.

L’exercice est compliqué mais tellement enrichissant. En trois semaines, elle parlait et rêvait en anglais. Plutôt efficace et rapide comme performance ! Elle conseille de ne surtout pas rester avec des francophones. « J’évitais de parler en français le plus possible pour progresser et me concentrer sur les Américains, leur langue et leur culture ».

De la confiance sans abus

Malgré un poste qui lui convient parfaitement, elle a un peu de mal à travailler en France après ces deux expériences exceptionnelles. Elle est « contente d’être protégée par le système français » car ce n’est pas du tout la même chose de l’autre côté de l’Atlantique. « Aux Etats-Unis, soit tu travailles bien et tu obtiens de la reconnaissance. Soit tu es tout simplement licencié du jour au lendemain ». La jeune femme avoue « prendre le côté positif des deux pays ».

Malgré le fait que l’on travaille beaucoup plus aux Etats-Unis et qu’il y a moins de vacances, les gens sont très à l’écoute. Il y a une relation de confiance dès le début et les Américains donnent une chance à tous. Il suffit ensuite de faire ses preuves. Cependant on peut se retrouver sans rien du jour au lendemain.

Un dernier mot ?

Marianne ne peut que conseiller de partir en stage à l’étranger. Aller voir ce que font les autres, dans d’autres pays, fait tellement du bien à soi-même. On change notre vision du monde, des gens. On apprend tellement plus vite et on prend conscience d’énormément de choses.

« L’expérience à l’étranger devrait être remboursée par la sécurité sociale »

Articles en relation

L’expérience de Victoria en mission humanitaire au Cambodge

Claire

L’expérience de Kaithy pour son stage en Inde

Claire

La nouvelle vie de Fanny partie en échange universitaire à Montréal

Claire