Image default

Réussir son entretien d’embauche pour l’étranger : les clés

Notez cet article

Passer l’étape de la présélection représente très souvent une grosse lueur d’espoir pour atteindre le poste tant convoité. Ton CV et ta lettre de motivation ont séduit : BINGO ! Mais tu pensais pouvoir t’en tirer comme ça ? C’est maintenant le moment tant attendu de l’entretien d’embauche qui va faire toute la différence et te démarquer des autres candidats qui, comme toi, ont obtenu des premières suites favorables. Nous te donnons dans cet article les meilleures clés pour assurer auprès des recruteurs !

La préparation : on ne bâcle rien

Pour commencer, sache que si tu as des talents cachés d’improvisation, cela ne pourra pas t’aider dans toutes les situations ! Et l’entretien d’embauche en fait partie. Avec des recruteurs qui voient entre 3 à 6 têtes nouvelles par jour pour dénicher leur prochain talent, autant dire qu’il va falloir la jouer carte sur table. Et si cette étape est pour le moins stressante on te l’accorde, elle suit néanmoins à peu près toujours le même fil. Aussi, si tu es de nature stressé, une bonne préparation t’aidera à te sentir mieux au moment propice et t’aidera aussi à avoir une bonne répartie si l’on te pose des questions de diverse nature.

La première chose à faire est de connaître ton vrai niveau en langue. On ne te le cache pas, un entretien d’embauche pour un poste à l’étranger se fera presque généralement dans la langue du pays qui t’accueille. Et si l’entreprise est internationale, c’est normalement l’anglais qui l’en portera sur les autres langues. Pour se faire, il ne faut pas hésiter le plus tôt possible à s’entraîner en anglais bien sûr en apprenant le vocabulaire de base avec des synonymes pour se dépatouiller correctement à l’oral. Qui dit vocabulaire sur tes expériences, tes formations etc. dit aussi vocabulaire sur l’entreprise. Tu te dois d’être un minimum informé sur l’organisation que tu convoites avant ton entretien : vérifie ainsi les chiffres clés, les activités effectuées, les principaux événements en cours et à venir… Tu montre ainsi à l’entreprise que tu as fait l’effort de t’intéresser à elle, ce qui sera bien évidemment apprécié en retour.

Travaille ton accent. Même s’il n’est pas obligatoire de se confondre avec un parfait bilingue, un bon accent en anglais sera tout aussi mieux vu par les recruteurs. Pour cela, plusieurs techniques co-existent :  mémorise l’accent des acteurs durant tes séries et films préférés en VO bien sûr ;) ! N’hésite pas à t’entraîner avec des anglophones ou d’autres amis à toi qui ont un bon niveau d’anglais. Une autre solution consiste à t’inscrire dans des événements du type speed dating avec divers étrangers afin d’échanger librement dans la langue de ton choix.

Pense autrement. Un recruteur en France prendra en compte certain point, mais un recruteur étranger en soulignera d’autre. Il faut donc que tu puisses t’adapter à une autre culture. Certains recruteurs aiment prendre le temps d’en apprendre plus sur tes précédentes missions, aussi ils n’hésitent pas à être plus pointilleux en ce qui concerne tes compétences. Il faut donc s’informer au préalable sur la manière dont les différents pays travaillent. Les Allemands auront tendance à être beaucoup plus rigoureux et minutieux sur les expériences antérieures d’un individu. A l’inverse, d’autres pays comme l’Espagne ou l’Angleterre, vont chercher à rompre avec le côté rigide et pyramidal, et on essayera de détendre au maximum le candidat en apprenant plus sur sa vie privée, ses hobbies par exemple. Seule l’humilité payera durant ces échanges, aussi il sera déconseillé de trop vouloir se mettre en avant, chose pourtant presque obligatoire pour décrocher un poste aux USA.

Le jour J : on assure

Pour ce jour si spécial, aucune faute n’est permise ! Aussi, et ce dès la veille de l’entretien, veille à t’endormir tôt, nul besoin de réviser ton discours jusqu’à 4h du matin. La nuit porte conseil et tu te dois d’être en forme pour le lendemain. Pour ne pas être en retard, ce qui pourrait d’ailleurs te porter préjudice, pars bien à l’avance pour éviter les éventuels contretemps. On ne le répétera jamais assez mais veille à t’habiller correctement de la tête aux pieds ;) !

Lors de l’entretien, soit ZEN ! Plus facile à dire qu’à faire, mais il faut penser que tu n’as rien à perdre en venant ici mais plutôt tout à y gagner ! Il faut que tu partes dans une optique très positive, ce qui sera ressenti tout le long de l’échange. Niveau comportement non-verbal, garde le sourire, supprime tout tics et tocs, regarde ton interlocuteur quand tu lui parles ou qu’il te parle, garde tes mains sur le bureau, et n’hésite pas à parler avec de la gestuelle. La prise de note est tout aussi conseillée.

Le moment de te présenter est arrivé, soit concis et clair dans tes propos. Nul besoin de t’étaler et de redire ce qu’il y a d’écrit sur ton CV, le recruteur est censé l’avoir lu et veut connaître ce qu’il ne sait pas encore. Tu peux donc faire le lien avec tes études passées et tes expériences dans un premier temps : pourquoi cette formation, pourquoi ces postes etc. pour ensuite les corréler à l’entreprise et expliquer ce en quoi tu peux leur apporter par rapport à tes expériences. N’oublie pas de bien détailler tes précédentes missions, d’expliquer les axes d’amélioration que tu as pu faire, et les résultats qui y ont découlé. Soit très précis et sans hésitation pour cette partie, car c’est ici que tu vas marquer beaucoup de points.

N’hésite pas à poser des questions durant l’entretien si tu le peux, afin de créer un échange dynamique d’homme à homme et non plus de recruteur à candidat. Ton côté curieux et intéressé pourra faire pencher la balance en ta faveur.

Si tu pense que ton niveau d’anglais n’est pas encore suffisant malgré toute ta préparation en amont, n’hésite surtout pas à montrer tes futures marges de manœuvre : tu as trouvé des cours du soir après le travail pour t’améliorer, tu vas t’inscrire à des échanges avec des anglophones, tu te mets aux séries en VO etc. Cet effort supplémentaire de ta part sera très bien vu également.

Après l’entretien, tu peux renvoyer dans les quelques jours suivant, un mail de motivation pour exprimer encore plus ton envie de rejoindre l’entreprise souhaitée, au lieu d’un simple mail pour avoir une réponse à ta candidature. Cela sera plus marquant et finira par te départager avec d’autres.

Tu es fin prêt ? On croise les doigts pour toi !

Articles en relation

Quel visa choisir pour faire un voyage aux États-Unis ?

Claire

Comment bien rédiger un CV en anglais ?

Claire

Comment se préparer à un entretien d’embauche en anglais ?

Claire