Image default

Tout savoir sur le Wwoofing

🕒 Lecture 3 minutes
Tout savoir sur le Wwoofing
5 (100%) 1 vote

Aujourd’hui nous allons te parler du wwoofing ! Tu ne connais pas ? Alors, c’est un concept permettant à des touristes d’obtenir un hébergement dans des fermes biologiques, en échange de leur aide bénévole ! Plutôt sympa, non ? Une chance pour toi qu’on s’occupe de te dénicher les bons plans !

Allez on t’explique tout ça en détail ci-dessous !

Un peu d’histoire du Wwoofing

Il était une fois, dans une galaxie lointaine, très lointaine … ok on en fait carrément trop là !

Soyons plus sérieux : le Wwoofing nous vient d’Angleterre en 1971. Tout commence lorsque une citadine en manque d’air frais désire s’échapper de la capitale le temps d’un week-end. Elle se met à contacter des fermes afin de proposer ses services. Ce faisant, elle se rend vite compte que beaucoup de citadins aimeraient vivre la même expérience qu’elle : passer du temps à la campagne. Le premier essai se déroule dans une ferme bio-dynamique du Sussex. Et c’est un tel succès que grâce au bouche-à-oreille, de nombreux fermiers commencent à proposer eux aussi d’accueillir des volontaires. Le Wwoofing est né !

Wwoofing est un acronyme pour « World Wide Opportunities on Organic Farms ». En France, c’est en 2007 que le mouvement s’est installé. Et de plus en plus de pays entrent dans le réseau : on en compte à ce jour plus d’une centaine, rien que ça ! Selon l’association Wwoof UK, on dénombrerait près de 6000 hôtes répartis sur les cinq continents. Il existe de nombreuses associations locales de “wwoofers” mettant en contact fermes et voyageurs.

Où partir en wwoofing ?

Avec une ribambelle de destinations possibles, la liste des endroits où faire un wwoofing, comme nous te le disions, ne cesse d’augmenter. Tu pourras entre autres te rendre dans certains pays d’Afrique (Tanzanie, Cameroun, Sierra Leone…), en Asie (Sri Lanka, Inde, Bangladesh ..), en Amérique Latine (Guatemala, Equateur, Venezuela…) ou encore en Europe (Macédoine, Autriche, Serbie …). Si tu souhaites savoir exactement dans quels pays te rendre, nous ne pouvons que te conseiller de te rendre sur le site officiel du wwoofing : Wwoofinternational.

La vision du Wwoofing : l’échange

Le maître mot du wwoofing : l’échange. En effet les hôtes offrent la nourriture, l’hébergement, et des occasions d’apprendre, contre une assistance non négligeable en maraîchage, jardinage ou tout autre travail relevant de l’agriculture. Le principe est simple : le « wwoofer » s’investit environ 5 heures par jour dans le travail qui lui est donné, tandis que l’hôte lui partage son savoir-faire.

Au fait, chose importante : si tu comptais amasser de l’argent, passe ton chemin, le Wwoofing n’est pas pour toi. En effet, le concept repose sur un postulat : tout échange monétaire est exclu. Ce concept, hors des sentiers battus, n’est pas destiné aux petits filous qui cherchent un hébergement gratuit. En effet, pour recevoir, il faudra donner.

D’ailleurs les associations de wwoofing du monde entier l’indiquent : beaucoup d’hôtes sont parfois très déçus de recevoir des opportunistes. Il est important de ne pas confondre le Wwoofing avec le Couchsurfing !

L’esprit du wwoofing

Ouvert à tout le monde, quelque soit l’âge ou encore la nationalité, le Wwoofing ne s’adresse pas aux fins connaisseurs du compostage ou de l’apiculture, loin de là. Comme l’indique la charte de Wwoof France, le principal objectif est de « permettre à des non-initiés d’avoir une première expérience dans le domaine de l’agriculture biologique et de l’éco-construction ».

Plus largement, ce concept a pour ambition de diffuser les principes d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement, et ainsi défendre la biodiversité. Le concept permet également de favoriser la communication en créant des liens entre citadins et ruraux.

Qui sont les hôtes accueillant les Wwoofers ?

Concernant les hôtes, il n’y a pas réellement de profil type : tu peux très bien te retrouver dans une exploitation agricole ou au sein d’une famille. D’ailleurs, il faut savoir que de nombreux particuliers proposent d’accueillir des « Wwoofers » afin de participer à leur chantier d’éco-construction, l’entretien de leur jardin ou encore de leur potager. Ce qui relie tous les hôtes, c’est l’agriculture biologique.

Pour des fermiers qui vivent dans des régions reculées et n’ont pas souvent l’opportunité de voyager, le Wwoofing est l’occasion de rencontrer des personnes du monde entier.  les hôtes auront envie de te faire découvrir leur mode de vie, leur savoir-faire et leur région

Pour profiter au maximum de cette expérience il est essentiel de respecter les hôtes, de s’adapter et d’avoir envie de découvrir d’autres façons de vivre !

bannière générale pour télécharger les guides

Articles en relation

L’écovolontariat international s’adresse aux amoureux de la nature

Les différentes formes de volontariat à l’international

Partir faire un bénévolat au Costa-Rica