Image default

L’expérience de Julie lors de son séjour au Pair à New York

Notez cet article

Et si tu tentais l’aventure au Pair aux USA comme Julie ?

C’est bien la première fois que nous avons des étudiants qui nous font part de leur expérience en tant que fille au pair. Pour commencer cette thématique, place à Julie qui nous fait revivre son expérience à New York.

j1

Peux-tu nous nous en dire un peu plus sur toi ?

Je m’appelle Julie, j’ai 20 ans (21 ans en Juin, je les attends avec impatience !) et je suis originaire de l’Ouest de la France, Paimboeuf, situé pas très loin de Nantes et Saint Nazaire. Je suis donc parti en tant qu’au Pair après mon BAC ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social), cela fait maintenant un an et demi que je suis arrivé aux Etats-Unis et j’espère bien y rester encore longtemps !

Comment as-tu entendu parler de l’Etudiant Voyageur ?

Lorsque j’étais en année de BEP Carrières Sanitaires et Sociales (qui n’existe plus aujourd’hui) , je voulais continuer mes études, je me suis donc dirigé sur le site de l’Etudiant tout d’abord pour me renseigner sur les différentes filières qui pouvaient m’intéresser, et j’ai ensuite découvert le site de l’Etudiant Voyageur quelque temps après.

Partir en tant qu’au Pair était-ce un choix ou un hasard ?

Partir en tant qu’au Pair était mon choix. Lorsque j’étais au collège, j’ai commencé à rêver des Etats-Unis, pour moi c’était LA destination de rêve, surtout New York ! Depuis je cherchais un moyen de m’y rendre sur du long terme. C’est là que j’ai vu sur des sites internet comment devenir au pair. Je me suis donc renseigné, posé beaucoup de questions aux « filles au pair » qui étaient sur place à vivre leur aventure et je me suis lancé. J’ai su que c’était à mon tour de tenter ma chance.
J’avais vraiment envie de partir, découvrir une autre culture, quitter tout ce qui m’étais familier pour voir ce dont j’étais capable dans un pays inconnu, sans aucun repère.

Peux-tu nous parler de ce que tu as fait en étant Au Pair ?

Être au Pair, c’est être une nounou, sauf que vous vivez dans la famille, vous êtes nourri et logé. C’est un travail à plein temps comme tous les autres, 45 heures de travail par semaine, ( ou moins pour les plus chanceux) et être payé 200 dollars par semaine, ce qui revient à du 800 dollars par mois. Ce n’est pas énorme, mais en étant logé et nourri, il y a beaucoup moins de dépenses.
Pour ce qui me concerne, je garde des jumeaux, un garçon et une fille, de un an et demi (ils avaient un mois et demi à mon arrivée).

Je m’occupe d’eux du mercredi au dimanche, de 9h30 à a 17h sans pause. C’est du plein temps, pour ma part je n’ai pas souvent le temps de souffler, entre les machines de linge, la préparation de leur repas, le rangement des chambres, les sorties. Il faut donc beaucoup d’énergie, de patience et de créativité, ce qui peut s’avérer parfois compliqué !
Heureusement pour moi, ils sont inscrits à des classes de musique et de gym presque tous les jours de la semaine, donc je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

Qu’as-tu retenue de ton séjour au Pair à New York ?

Mon expérience n’est pas encore finie. A la fin de ma première année j’ai renouvelé pour une deuxième année dans la même famille. Mon contrat se termine donc en Septembre 2016, mais après un an et demi aux USA j’ai déjà eu l’occasion de faire un premier bilan depuis mon arrivée. Je dirai que cette expérience nous grandit, personnellement elle m’a fait beaucoup mûrir.

« J’ai gagné en confiance, je suis beaucoup plus sûre de moi. »

J’avais à peine 19 ans en arrivant à New York, aujourd’hui je suis à 3 mois de mes 21 ans. A mon arrivée, j’étais une enfant qui ne savait pas ce que c’était de faire passer les besoins des autres avant les siens. Aujourd’hui je dois avouer que je m’y connais plutôt bien en la matière, avec deux boules de nerfs qui me suivent en permanence, je n’ai pas le temps de penser à moi !
Je me suis découverte aventurière et pleine de vie, je ne veux plus perdre de temps à peser le pour et le contre, et je préfère foncer, quitte à me « planter » j’aurai au moins essayé ! On apprend toujours de ses erreurs.

A bientôt 21 ans, j’arrive petit à petit à découvrir qui je suis, j’arrive à me forger une identité, qui je veux devenir, ce que je veux être ou ne pas être. J’arrive à me construire tout en ayant déjà une expérience de la vie et du voyage. Je sais qu’il me reste encore du temps avant de découvrir qui je suis réellement. Sans cette aventure, je ne sais pas où je serais aujourd’hui, et une chose dont je suis sûre également, sans cela je ne serai pas celle que je suis aujourd’hui.

j3

Que peux-tu nous dire sur la vie en Amérique (dans la ville où tu es) et sur ses habitants ? Une anecdote à raconter ?

Je vis à New York, plus précisément à Manhattan, l’Upper East Side, le quartier le plus chic de Manhattan. Donc, quand on vient d’une petite ville de « campagne » où les vaches, les chevaux, et où les champs sont un peu notre quotidien , le choc est vraiment énorme !!! En arrivant à New-York,  je n’arrêtais pas de lever la tête au ciel, des buildings partout ! Je n’ai pas eu de choc culturel, mais ce qui m’a beaucoup surpris ce sont les gens qui ne prennent le temps de ne rien faire, ils vivent à 200 à l’heure, ils ne s’arrêtent jamais, même pour s’asseoir et boire leur café ! Ils sont toujours en mouvement, dans une main leur téléphone, et dans l’autre leur café Starbucks, on peut dire le vrai cliché Américain.
Mais ils sont très gentils, ils aident toujours pour trouver un restaurant, une rue, un magasin. Leur mentalité est très différente de ce que je peux connaitre en France pour ma part. Ils sont aussi très accros au sport, ils courent beaucoup, s’entrainent énormément en salle.

« Ils sont vraiment très patients avec les touristes ! »

Pour l’anecdote,  je ne sais pas si ça en est vraiment une mais ma famille d’accueil  étant très sportive,  surtout, ma « host mom » (comprenez mère d’accueil), a décidé l’hiver dernier de nous inscrire toutes les deux à un camp d’entrainement avec un ancien militaire. Un entrainement pour les plus chanceux, ceux qui ont les moyens de se l’offrir. C’était pendant une semaine, en plein Novembre, à Central Park à 5 heures du matin (bonjour les 2 degrés), et bien.. je peux vous dire qu’ici, ils ne rigolent pas, nous avons été traînés dans la boue. L’instructeur nous avait demandé de retirer nos manteaux ainsi que les pulls, et de le faire en tee shirt sans gants, sans bonnet, tout ça sous des trombes d’eau. Nous devions courir, faire des pompes dans des flaques d’eau, porter des poids de 5 kg (x2) dans un sac.. C’est là que j’ai réalisé que j’étais aux Etats-Unis, que les gens étaient complètement fous, qu’ils adoraient dépasser leur limite, parce qu’en France personne ne paierait pour souffrir autant ! C’était vraiment atroce comme expérience, mais au moins je peux dire que j’ai été entraîné par un militaire façon Américaine !

Qu’est-ce que tu y as aimé ?

Ce que j’aime ici, à New York c’est l’immensité de la ville. Les buildings, tellement de buildings qu’il est impossible de les compter. Les magasins ouverts 24h/24, à minuit, tu peux avoir envie de bonbons, et bien tu as juste à descendre et le magasin est ouvert.
J’aime aussi le fait que personne ne vous juge sur votre physique, sur votre façon de vous habiller. C’est vraiment appréciable, leur mentalité est tellement différente de la nôtre.
Les gens peuvent venir t’aborder dans la rue pour te dire combien tes cheveux sont magnifiques, ou combien ton tee shirt est génial, ou même te demander où tu as acheté tes chaussures. Les gens n’ont peur de rien, ils osent tout. Et c’est vraiment remarquable, car moi en tant que française je n’ose pas le faire, ce n’est pas dans les mœurs françaises de faire ça. Le fait de me sentir en sécurité partout ou je vais est un gros atout. Les policiers sont présents partout, à tous les coins de rue, en voitures, en scooter, sur des chevaux.

Quels endroits as-tu pu découvrir en 1 an et demi ?

En 1 an et demi j’ai pu beaucoup voyager, habitant sur la côte Est, je suis proche des grandes villes, environ 3-4h de bus pour les plus proches.
Mon premier voyage a été Washington DC, ensuite Montréal, où clairement il ne faut pas aller en Janvier, c’était un froid que je n’ai jamais ressenti de ma vie. Il était quasiment impossible de sortir dehors, et lorsque je m’y aventurais, impossible d’y rester plus de 10 minutes tellement le froid était saisissant. Les Chutes du Niagara sont aussi très impressionnantes et grandioses.

j2

Je suis ensuite allé à Miami et Palm Beach en Floride. Miami et Ocean Drive ont un côté un peu « bling bling », mais ce sont des lieux très sympa à visiter. Les Everglades sont vraiment très impressionnantes, ainsi que Key West, pour son mini paradis. Les 4 heures de route valent vraiment le déplacement : les palmiers, le sable fin, l’eau limpide.. Bref, un rêve !
Boston, Chicago sont deux villes tout aussi sympa à visiter. J’ai beaucoup aimé Los Angeles, Beverly Hills, Hollywood, comme dans les films, sauf une petite déception pour les étoiles à Hollywood, on s’imagine un lieu extraordinaire, mais finalement ce n’est pas aussi fou que cela puisse paraître.
Je suis aussi allé à Wilmington, une petite ville en Caroline du Nord, ville du tournage de la série Les frères Scott, pour les fans c’est vraiment à faire. Personnellement j’ai adoré ! J’ai eu également la chance de faire Salt Lake City, région montagneuse, où mes host parents vont skier pendant les vacances.

Les prochains mois risquent d’être tout aussi riches en découverte, pour le mois de Mai, destination Nouvelle Orléans, en Juin, Las Vegas, et en Octobre, un road trip avec ma famille est prévu en Californie !

    « En seulement deux ans, j’aurais vu une belle partie de l’Amérique! »

Quels sont tes conseils pour tous ceux qui envisagent de partir comme toi ?

Le conseil que je pourrai donner à toute personne souhaitant partir en tant « fille au pair » est de »foncer » si c’est vraiment ce dont veut la personne ! Si vous êtes sur de vous, ne pensez à rien d’autre mis à part l’année qui vous attend, alors oui, il y aura parfois des coups de blues, mais croyez moi cette expérience vaut tous les coups de blues du monde. Il faut être courageux, car quitter sa famille, ses amis n’est pas toujours simple. Il faut faire la part des choses, savoir que vous manquerez surement des événements importants tels que des mariages, des naissances, des fêtes de famille, des anniversaires,  c’est dur, mais il faut prendre sur soi.
Il faut apprendre à ne pas baisser les bras aussi, parce que certains obstacles peuvent nous donner un coup au moral, peuvent nous donner envie de repartir, mais il faut apprendre à se battre en retour et se dire qu’on est capable de le faire.

Un autre conseil très important aussi : bien choisir la famille. Il faut prendre le temps et ne pas se précipiter, voir si vous avez les mêmes envies, le même style de vie. C’est une rencontre particulière car vous entrez dans une famille où vous vivrez, partagerez des moments de leur vie. C’est un peu comme « atterrir » du jour au lendemain dans l’inconnu. Aussi, il est parfois bien d’avoir quelques repères qui vous rappellent votre chez vous.

Recommanderais-tu l’Etudiant Voyageur à tes ami(e)s ?

Je recommanderai ce site car il est complet ! Il explique toutes les démarches, et si des témoignages tels que le mien ou ceux d’autres personnes peuvent en aider d’autres à se lancer dans cette folle aventure, alors oui, je le recommande à 100% !

Merci Julie pour ton témoignage ! :) Retrouvez toutes ses news sur sa page Facebook. Et si vous découvriez d’autres témoignages ? Comme celui de Marine lors des ses études en Turquie !

Articles en relation

Mélanie, Au Pair en Angleterre, revient sur son expérience

Claire

Sixtine nous raconte son séjour linguistique à Malte

Claire

Road-trip de Clément en Amérique Latine : la découverte du Panama

Claire