Image default

Road-trip de Clément en Amérique Latine : la découverte du Panama

Notez cet article

Après avoir visité le Costa Rica (tu pourras lire ou relire l’article dédié sous ce lien), Clément entame doucement sa descente vers l’Amérique Latine en faisant escale cette fois-ci au Panama !

Une visite riche en découvertes 

On avait commencé ensemble notre voyage au Costa Rica, au pays de la fameuse « Pura Vida ». Toujours ensemble, je vous propose aujourd’hui de poursuivre en douceur au Panama, où je m’y suis rendu pour 3 jours.

Premier constat à mon arrivée en milieu de matinée : il fait chaud. Très chaud. C’est déjà un bon point. Je décide de visiter la ville de fond en comble plutôt que de rallier mon hostel. Tanpis si je vais devoir traîner sur le dos mon sac de voyage (beaucoup) trop lourd.

J’attaque donc par la visite de Casco Viejo – le cœur historique de la ville – non loin de la résidence présidentielle. Les bâtiments sont colorés, avec une architecture faisant étrangement penser à Cuba. Je décide aussi d’acheter un Panama, le fameux chapeau blanc à ruban noir. Tenez, petite info a replacée en soirée autour de petites saucisses cocktails entres amis : le chapeau Panama n’est pas originaire du Panama mais de la République Dominicaine.

« Panama City n’a rien à envier à une ville américaine avec ses grands grattes-ciels »

Je termine ma journée par longer le front de mer de la ville, ce qui me donne une vue d’ensemble de la ville. Et pour le coup, c’est grandiose. Honnêtement, Panama City n’a rien à envier à une ville américaine avec ses grands grattes-ciels. J’ai été agréablement surpris. Et d’ailleurs, avec le nombre incroyable de fast food (Burger King, KFC, Dunkin Donuts, Carl’s …) dans toute la ville, je me suis cru comme à la maison.

Samedi matin, réveil à 4h pour rallier San Blas, un archipel sur la côte Atlantique tenu par des indigènes. Le trajet, a été une sacrée aventure ! Après un peu plus de 2h30 de route en 4×4, mes amis espagnols, moi et notre chauffeur arrivons à un premier checkpoint : vérification des passeports, des bagages et 2/3 questions pour la forme. De ce que j’ai compris, on est toujours au Panama, mais San Blas étant une réserve naturelle, ce sont un peu les indigènes qui font régner la loi ici. Pour finir, on termine avec 1h de bateau/pirogue pour rallier une petite île. C’est simple, il y avait toute la panoplie de l’ile paradisiaque : plage de sable fin, palmiers à coconuts, eau clair …

La journée a été parfaite. Je me suis prélassé sur la plage pour peaufiner mon doux bronzage. J’ai mangé du poisson. J’ai écrit des mots à l’aide de noix de coco sur le sable. J’ai rencontré une raie manta durant une session de plongé masque/tuba. Le pied !

Pour la fin de mon escapade à Panama City, je décide de visiter les moindres recoins de la piscine de l’hostel. J’ai longuement hésité à me rendre au Canal de Panama (à peine 20 minutes en taxi) mais j’ai préféré économiser mon argent pour d’autres activités.

Je termine tout de même ce séjour avec un gros point noir. Ça va peut-être vous paraître complètement stupide, mais j’ai pris – depuis quelques années – l’habitude de collectionner du sable des endroits où je me trouve. Donc oui, je fais la collection du sable. En principe, il n’y a jamais eu de soucis pour glisser deux trois sachets de sable dans mes bagages durant mes différents voyages. Seulement ici, je suis tombé sur un agent de sécurité qui n’a rien voulu comprendre. Il me les a tous pris, Ô désespoir !

Bon, je me console comme je peux avec des chips au manioc dans l’avion.

Articles en relation

L’expérience de Claire, fille au pair en Espagne

Claire

Le parcours de fille Au Pair de Marion à Portsmouth

Claire

L’expérience Erasmus de Boris lors de ses études à Almeria

Claire