Image default

Lucile, au pair à Washington : « Ici, tout semble plus facile »

🕒 Lecture 5 minutes
Lucile, au pair à Washington : « Ici, tout semble plus facile »
4.4 (87%) 20 votes

Tout quitter pour vivre à l’étranger : c’est le pari que prennent des jeunes pour tenter une aventure mémorable à l’autre bout du monde. Lucile fait partie des Françaises qui ont essayé le programme de séjour au pair. Après avoir validé un Master 2 en communication, la jeune femme de 24 ans s’est lancée dans cette expérience outre-Atlantique. Depuis septembre, la Parisienne a posé ses valises dans une famille vivant dans la capitale américaine. Lucile raconte son quotidien à plus de six mille kilomètres de chez elle en tant qu’au pair à Washington.

Faire un séjour au pair à Washington n’est pas commun. Comment t’est venue l’idée de partir aux Etats-Unis ?

Après avoir passé six années à étudier en France, j’avais besoin de partir, juste pour « faire autre chose », pour changer d’air et pour perfectionner mon anglais. J’ai alors commencé des recherches pour voir ce que je pouvais faire et surtout dans quel pays. Et, c’est là que j’ai découvert le principe du séjour au pair. Tout de suite, l’idée m’a séduite car en plus d’être un séjour encadré – ce que je veux dire c’est qu’on ne se retrouve pas seule à l’autre bout du monde -, cela collait avec mon envie de voyager, de perfectionner mon anglais et mon amour pour les enfants. Et puis, les Etats-Unis étaient une évidence ! Vivre l’American Dream pendant un an aux côtés d’une famille locale… Comment passer à côté d’une telle opportunité ?

Depuis le 14 septembre dernier, tu vis avec Katie et Matt. Tu les qualifies de « couple au cœur tendre ». Comment se passe la relation avec la famille d’accueil ?

Tout se passe à merveille ! J’ai tout de suite trouvé ma place au sein de cette famille. Katie et Matt font toujours tout leur possible pour que je me sente bien. Je me sens vraiment chanceuse de pouvoir vivre cette aventure avec eux.

Tu as trois enfants à charge. Comment arrives-tu à jongler entre les besoins des différents petits dont tu t’occupes ?

Les enfants dont je m’occupe s’entendent assez bien et n’ont pas une grande différence d’âge. Occuper un enfant de 5 ou de 3 ans est finalement plus ou moins similaire. J’essaye donc de jongler entre activités en extérieur (sport, promenade, bibliothèque…), expériences scientifiques simples, travaux manuels, cuisines ou encore lecture de livres… J’organise aussi parfois des playdates avec d’autres au pair du quartier qui ont des enfants du même âge.

Quelles sont les différences entre l’éducation à la française et celle à l’américaine ?

Selon moi, les Américains sont beaucoup plus dans le compromis. Je pense que la plupart des parents ici ne veulent pas et/ou n’ont pas le temps de se fâcher avec leur enfants. De ce fait, le « non » ne fait pas vraiment partie de leur principe. C’est plus un « oui mais ». Aussi, les enfants décident de beaucoup de choses, de ce qu’ils vont manger ou de comment ils vont s’habiller par exemple. Mais, je pense que cela dépend aussi beaucoup des familles et de l’âge des enfants.

Quelle est la journée d’une jeune fille au pair à Washington ?

Généralement, une jeune fille au pair à Washington prépare le petit déjeuner des enfants, les habille et les emmène à l’école. Elle va les chercher et joue avec eux jusqu’au retour des parents. Ensuite, en fonction de la personnalité et des envies, soit elle passe du temps avec la famille, soit elle prend du temps pour elle…  Moi, j’aime jongler et j’essaye de mixer entre du temps en famille, avec mes amis et avec moi-même en faisant du sport, du shopping, des balades et en regardant des séries.

Tu évoques le besoin de « travailler ton anglais ». Tes progrès dans la langue de Shakespeare sont visibles ?

Bien sûr ! Aujourd’hui, même si ce n’est pas encore parfait, j’ai l’impression que ma grammaire, mon répertoire de vocabulaire et mon accent se sont nettement améliorés. J’arrive à regarder des films et des séries en anglais sans les sous-titres, c’est génial ! L’idée, c’est de ne pas tomber dans le piège du « Je ne me fais que des amis français ». J’essaye de passer un maximum de temps avec des Américains. Il n’y a pas de secret, il faut pratiquer et ne pas avoir peur de faire des erreurs pour pouvoir progresser.

au pair washington, Lucile, au pair à Washington : « Ici, tout semble plus facile »

Découvrir les témoignages d’étudiants partis à l’étranger

On vante souvent les Etats-Unis pour l’American Way of Life. Comment vis-tu la vie américaine ?

J’adore la mentalité des Américains ! Ils ont cette bonne humeur quasi permanente et cette gentillesse. Ça me change de Paris, ça c’est sûr ! Au début, j’avais l’impression qu’ils étaient un peu hypocrites mais finalement je pense qu’ils sont vraiment comme ça. Ici, on a l’impression que tout est possible si on le veut vraiment comme voyager, faire de l’argent ou rencontrer de nouvelles personnes. Tout semble plus facile, ce n’est pas un mythe.

Tu as décidé de lancer un blog de voyage. Dans lucileaupair.com, tu racontes tes aventures et tes conseils. Pourquoi vouloir partager ton expérience ?

Quand j’étais dans la phase de préparation de mon séjour, j’adorais suivre les aventures d’actuelles filles au pair sur Youtube ou sur Instagram. Ça m’a donné envie de faire la même chose pour raconter mon aventure, pour donner des conseils aux futurs au pair ou à celles (et ceux) qui ont envie de le devenir. Mon truc à moi c’est l’écriture, j’adore ça ! Et puis, ça permet aussi à ma famille de pouvoir suivre mon année et à moi de me créer une trace écrite de mon année que je pourrais relire avec émotion plus tard.

Il est encore tôt pour tirer un bilan de ton voyage. Cependant, que t’apportes ta jeune expérience de jeune fille au pair à Washington ?

J’en tire beaucoup d’assurance et de confiance en moi. Je pense qu’une aventure comme ça nous fait forcément grandir ! Sans parler de toutes les rencontres extraordinaires que je fais ici, des voyages qui m’en mettent plein les yeux et de l’anglais que j’améliore chaque jour.

Quotidien, amis ou encore famille : as-tu le regret d’avoir tout quitté ?

Je n’ai absolument aucun regret. C’est sûr que ce n’est pas toujours facile d’être loin des siens mais ce n’est qu’une année. C’est quoi dans une vie franchement ? Et puis, ce que l’on gagne à côté vaut tellement le coup ! En revanche, je pense revenir en France à la fin de mon année. Mais pourquoi pas repartir ensuite ? Je pense parfois à m’installer quelque temps au Canada. Je verrais en fonction des opportunités qui s’offrent à moi. Je ne ferme aucune porte.

Aimerais-tu retenter l’expérience d’au pair dans un autre pays ?

Non, car je vais avoir 25 ans et j’ai un Master en poche. J’ai envie de pouvoir trouver le job de mes rêves dans mon secteur. Cette expérience d’au pair à Washington est géniale mais je pense qu’une année est suffisante pour moi.

Sur ton blog, tu prônes le besoin de « sortir de sa zone de confort ». Quels conseils donnerais-tu à des jeunes qui veulent partir comme toi, en tant qu’au pair à Washington ?

Foncez ! Ne laissez pas vos peurs et vos doutes prendre le dessus sur vos rêves. On dit souvent que « les voyages forment la jeunesse » et c’est bien vrai. Vous serez tellement fier de l’avoir fait et vous en ressortirez grandi et épanoui. Ne vivez pas avec des regrets et des « et si » pleins la tête. Nous n’avons qu’une vie alors si vous en avez envie, faites-le !

bannière générale pour télécharger les guides

Articles en relation

Dans la peau d’Emilie, une étudiante en séjour linguistique en Floride

L’aventure de Clément, frenchman Au Pair in USA

Work and Travel : une expérience réussie pour Benjamin