Image default

L’expérience de Marion, fille au pair aux USA

Devenir au pair à l’étranger est le moyen de vivre un séjour inoubliable ! Nombreuses sont les jeunes filles au pair qui partent au sein de familles d’accueil. Leurs missions sont diverses mais il s’agit principalement réaliser des tâches quotidiennes de la famille en s’occupant des enfants.

Aujourd’hui nous retrouvons une étudiante, Marion qui, comme Yoann ou Angélique, a aussi été séduite par les USA pour y réaliser son séjour au pair ! A travers son quotidien et son passé de jeune au pair, c’est une bonne leçon de vie que Marion nous apprend dans ce témoignage saisissant

Salut ! Peux-tu nous nous en dire un peu plus sur toi ?

Salut ! Alors du coup moi c’est Marion, j’ai 22 ans, je suis originaire de la région parisienne et depuis 4 ans j’habite en Bretagne ! J’ai fais 3 ans d’université, et maintenant je suis jeune au pair (depuis août 2015) avec un projet professionnel bien défini !

1455064_991119127637931_9117055687320725447_n

Partir au pair aux USA, était-ce un choix ou un hasard ?

Je suis parti en tant qu’Au Pair après que ma mère m’en ait soufflé l’idée ! 3 ans à la fac, une année d’AES (administration économique et sociale), suivi de 2 années de sociologie, mais rien ne m’a finalement plu… Je voulais me lancer dans le tourisme, après avoir longtemps erré dans des filières qui n’étaient pas pour moi, j’avais enfin senti tenir le truc… J’étais sensé avoir ma 2ème année, ce qui aurait pu me permettre d’entrer « directement » en licence professionnelle tourisme, puis en janvier 2015 je me suis rendu dans un salon étudiant pour me renseigner sur ces options là. J’ai donc longuement parlé avec un chargé de formation qui m’a expliqué que les études que je visais étaient possibles, mais que mon parcours me freinait un peu : des études universitaires avec peu d’apport en langues ce sera compliqué, et je ne serais pas forcément accepté…
Il me dit alors de prendre une année de césure entre ma licence 2 et la licence pro que je souhaite intégrer, et de partir à l’étranger, dans des pays où on parle anglais, pour y travailler, y pratiquer mon anglais, et que ça prouverai ma motivation !

« Le meilleur moyen pour ressortir avec un bon niveau d’anglais pour ma formation, c’est de partir ! »

Le soir même j’en en parlé à ma mère, en lui disant que ce n’était finalement pas une mauvaise idée de partir travailler à l’étranger, elle me répondit alors « en tant qu’au pair ?« , et c’est là que j’ai eu le déclic ! Au final ça semblait être le plus facile : partir, être payée, et pratiquer l’anglais. Je travaille beaucoup avec les enfants, je suis animatrice durant l’été, c’était donc pour moi le compromis parfait ! Le hasard s’est alors transformé en choix ! Je n’ai malheureusement pas réussi à validé mon niveau licence 2, mais je suis tout de même partie pour me lancer dans le tourisme, ce que j’ai fait en m’inscrivant en BTS Tourisme pour la rentrée !

>Peux-tu nous parler de ce que tu as fait durant ton séjour ?

Je travaille 45h par semaine (le maximum légal autorisé) en m’occupant des enfants que j’adore, ce qui rend la tâche forcément plus agréable. Mon emploi du temps est le même toutes les semaines pendant 12 mois : je les réveille, je fais le petit déjeuner, je les amène à l’école, puis l’après midi je retourne les chercher, et s’en suit les devoirs, le goûter, les activités (la musique, les sports) quotidiennes, on a pas vraiment le temps de se poser, les enfants américains sont pour la plupart très actifs tous les jours ! Lorsqu’ils n’ont pas école, je les laisse décider de ce qu’ils veulent faire, on peut se retrouver alors à faire du vélo, aller au musée, à la piscine, à la librairie, au parc… Il y a toujours de quoi faire, et les enfants détestent s’ennuyer ! On se dit souvent que « au pair » c’est pas un vrai job, qu’on est juste payé à jouer avec les enfants, certes on joue avec eux… mais il ne faut pas oublier que c’est 45h où on a la responsabilité de ces petits humains entre les mains !

12227764_916018558481322_2273996842911651709_n

Qu’as-tu retenu de ton expérience ?

J’en suis à 9 mois, j’ai du coup presque fini ! Mais je peux déjà en tirer certaines choses : j’ai appris à compter sur moi même avant de compter sur les autres. J’ai appris à me faire confiance, à croire en moi, et à tous les jours me dire « j’en suis capable » ! Je sais rester toujours positive et optimiste même si parfois c’est pénible ! Dans la vie il y aura toujours un moyen de réussir ce que l’on souhaite entreprendre, ce sera peut être long, mais il ne faut pas désespérer et toujours essayer de voir le bon côté des choses ! Si l’on est capable de partir un an, après ça, rien ne paraîtra inaccessible ! On rencontre tout au long de notre vie des gens, qui nous marqueront, ou pas, mais il faut toujours rester ouvert d’esprit, tout le monde ne partage pas la même mentalité, mais ça ne nous empêche pas de vivre ensemble, et d’apprécier la vie qu’on construit ! Il ne faut jamais baisser les bras, il faut toujours se motiver, notre plus grand adversaire c’est nous même, une fois qu’on a réussi à combattre toutes les peurs qu’on peut avoir, on peut tout faire !

Que peux-tu nous dire sur la vie en général et sur ses habitants ? As-tu eu un choc culturel ? Une anecdote à raconter ?

J’ai habité Chappaqua, dans l’état de New York durant 1 mois et demi au début de mon expérience, et depuis presque 8 mois j’habite à Port Saint Lucie en Floride sur la côte Est (2h de Miami, 2h d’Orlando), alors je crois que le choc culturel s’est opéré quand je suis passé d’une ville à l’autre, la vie n’est pas du tout la même dans ces 2 endroits !

« En arrivant aux Etats Unis on a tous en tête la démesure, les grosses voitures, etc… Et bien tout est vrai ! »

Alors disons qu’avec tout ce qu’on voit de nos jours, dans les films, les médias et tout le reste, cela nous prépare plus ou moins à la vie américaine ! Je pense quand même que ce qui m’étonnera toujours ici, c’est de voir des familles américaines faire leurs courses en pyjama !

Je crois que ce que je préfère quand même ici, comparé à la France, c’est la façon de conduire : très « paresseuse », mais tellement plus facile, car les américains conduisent des automatiques ! Il n’y a pas à dire, ça va tout seul, puis les règles sont simples : on tourne à droite au rouge, il n’y a pas de priorité à droite, on double comme on veut…. Au début je trouvais ça dangereux, mais bon on s’y fait très très vite! La conduite au retour sera un peu moins drôle par contre…. Aux Etats-Unis, j’aurai obtenu mon permis de conduire facilement !

Qu’est-ce que tu as aimé ?

Vivre des choses que je n’aurais jamais vécu chez moi ! Prendre ma voiture et me dire « allez je pars pour Miami !« , que tout me paraisse réalisable !

Quels endroits as-tu pu découvrir durant ton séjour ?

12798908_10153698032390186_5958680911114331668_n

J’ai fait New York, plusieurs fois! Habitant à 1h en train, les balades dominicales y étaient totalement possibles ! J’ai fait Miami, et Orlando aussi (je me suis achetée un pass annuel pour le parc d’attractions Universal Studio !). J’ai aussi eu la chance de voir Washington, DC. C’était LA ville que je voulais absolument faire en étant aux USA, c’était super, j’en suis tombé amoureuse, les monuments, les balades… Puis durant ma première semaine de vacances je suis partie avec une amie au pair au Mexique : Cancun et Playa Del Carmen plus précisément.

« Avoir la chance de vivre aux Etats-Unis et en plus de découvrir un nouveau pays, c’était juste génial et superbe ! »

Quels sont tes conseils pour tous ceux qui envisagent de partir comme toi ?

FONCEZ ! Certes vous allez-vous dire que c’est beaucoup de compromis, que vous allez laisser beaucoup en partant, je ne peux pas vous dire le contraire. Vous partez seul en disant au revoir à votre famille, vos amis, le copain / la copine, les neveux ou nièces qui viennent de naître… Vous saurez d’avance que vous allez louper beaucoup de choses, les mariages, les naissances, les anniversaire, les soirées, et peut être même malheureusement les enterrements… Vous devez vous dire que je vous décourage là, mais non, je vous pousse à devenir au pair !

Si vous ne partez pas, vous saurez tout ce que vous n’avez pas manqué, mais vous ne saurez jamais ce dont vous êtes capable d’accomplir durant votre séjour ! Et je peux vous dire que ça en vaut la peine, il faut sauter le pas ! Une fois que vous avez pris la décision de partir, le plus dur est déjà fait, et vous pouvez le faire ! Le « Homesick » n’est pas fatal, tout le monde n’y passe pas ! Ça fait 9 mois et la France ne me « manque » pas, pas de grosse déprime par rapport à la distance… Alors faites vous confiance, vous pouvez survivre ! Prenez le temps de vous entendre avec vos potentielles familles d’accueil, c’est le plus important, ne vous concentrez pas sur le lieu où vous voulez vivre, si vous trouvez le match parfait, vous passerez certainement la plus grande aventure de votre vie !

Comment as-tu entendu parler de l’Etudiant Voyageur ?

Sur Twitter ! (tout se passe sur Twitter de nos jours) !

Recommanderais-tu l’Etudiant Voyageur à tes ami(e)s ? Et pourquoi ?

Oui ! Je pense que c’est un bon moyen pour anticiper les différents aspects avant de vivre à l’étranger, et de trouver du coup la bonne manière de partir !

Un grand merci à toi Marion ! Retrouvez toutes les informations nécessaires pour constituer votre dossier et réaliser votre séjour chez un organisme spécialisé. Les experts se chargeront de tester l’éligibilité de votre profil avant de pouvoir sélectionner l’une des familles américaines disponibles. Il faut savoir que, pour décrocher un séjour au pair in America, il est nécessaire d’être disponible au moins 12 mois.

Articles en relation

Séjour au pair à Rome : l’expérience de Marjorie

Claire

Florian et son « objectif Australie »

Claire

L’expérience d’Eva comme fille au pair en Allemagne

Claire