Image default

Partir à l’étranger après le bac : les bons plans

Partir à l’étranger après le bac : les bons plans
4.5 (90%) 4 votes

A l’heure où les lycéens décident de leur orientation, certains choisissent de ne pas suivre un cursus classique. Partir à l’étranger après le bac devient plus qu’une option pour les néo-bacheliers. Focus sur les différentes possibilités de s’expatrier à 18 ans.

Oser l’année de césure

Qu’est-ce que c’est ?

Prendre une pause après le lycée, c’est l’envie de jeunes diplômés du baccalauréat. Cette idée rationnelle s’appelle l’année de césure. Loin des idées reçues, l’année de césure n’est pas pour autant une année à l’étranger sabbatique consacrée au repos. Les jeunes qui font ce choix décident de donner de leur temps dans une association, d’apprendre une langue ou de travailler à l’étranger. Cette période n’est pas du temps perdu. Il s’agit alors de faire un point sur sa situation pour choisir au mieux son orientation. Après cette pause, les étudiants reprennent généralement des études ou rentrent dans le monde du travail.

Un jeune sur deux envisage l’année de césure

En 2015, une étude réalisée par l’institut Viavoice révèle que près d’un jeune sur deux (49%) déclarait leur souhait de faire un break. En revanche, les ressources financières pour prendre cette pause constitue le principal frein des 18-24 ans interrogés. En effet, 51% des sondés expliquent qu’ils n’ont pas les moyens suffisants. Enfin, l’étude conclut que cette année de pause n’est pas reconnue en France. Un jeune sur trois déclare effectivement sa crainte de ne pas voir son année de césure valorisée.

Les solutions pour partir à l’étranger après le bac

  1. Les études à l’étranger
  2. Le séjour linguistique
  3. Le séjour au pair

Se former à l’étranger avec des bourses d’études

L’un des moyens de partir à l’étranger après le bac est de suivre des études dans un autre pays. Pour cela, il est nécessaire d’être inscrit dans une université française. A l’aide de partenariats avec des établissements internationaux, des programmes d’échanges sont disponibles en Europe et ailleurs. Le plus connu s’appelle Erasmus+. En revanche, faire des études dans le cadre du programme créé en 1987 n’est possible qu’en ayant validé une première année de licence (bac +1). Pour faciliter son cursus à l’international, il existe des bourses d’études financées par l’Europe et par les collectivités territoriales ou encore l’aide à la mobilité internationale versée sur critères sociaux.

Le séjour linguistique pour apprendre une langue étrangère

En sortant du baccalauréat, des jeunes estiment qu’ils n’ont pas suffisamment de connaissances en langue étrangère. L’apprentissage de l’anglais ou de l’espagnol sur les bancs des écoles françaises est souvent pointé du doigt. Pour perfectionner sa langue, rien de mieux que d’être immergé complètement dans un pays étranger. Le Royaume-Uni est, par exemple, un moyen économique pour apprendre la langue de Shakespeare. Quel que soit la langue, le séjour linguistique promet ainsi de partir à l’étranger pendant quelques semaines pour une remise à niveau essentiel.

Le séjour au pair pour partager le quotidien d’une famille

Pour les jeunes intéressés par le domaine de la petite enfance, il est possible de partir à l’étranger après le bac pendant une année en séjour au pair. Ce programme est accessible dès l’âge de 18 ans. Le rôle d’au pair dans une famille d’accueil ne se limite pas aux tâches ménagères. La fille ou le garçon au pair s’occupe de l’éducation des enfants dont il a la charge au quotidien. En partageant la vie d’une famille d’accueil, le jeune au pair accroît ses compétences dans une langue étrangère. En échange des missions réalisées au sein du foyer, l’étudiant est logé, nourri et reçoit une indemnisation hebdomadaire lui permettant de voyager durant son séjour au pair. Les destinations privilégiées sont l’Europe (Royaume-Uni, Espagne, Allemagne et Italie) et l’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada).

Articles en relation

Partez à la découverte de l’Europe avec le Pass Interrail

Anthony

Études : des universités européennes dès 2019 ?

Anthony

Erasmus Days 2018 : 500 événements attendus en France

Anthony