Image default

Top 5 des idées reçues sur le service civique

Chaque année, des centaines de jeunes partent en France ou à l’étranger pour exercer des missions au sein du service civique. Cependant, certains se posent des questions et ont parfois des idées reçues qui sont très souvent fausses. On essaie de décrypter ça avec toi !

Le service civique, c’est quoi ?

Mais au fait, le service civique c’est quoi nous diras-tu ? On t’explique. Ce type de volontariat concerne en fait les jeunes âgés de 16 à 25 ans, en tant que volontaires (jusqu’à 30 ans pour les personnes atteintes d’un handicap). Pour une indemnité de 573€ par mois, les jeunes peuvent alors participer à des missions relevant d’intérêts généraux.

Ces missions peuvent concerner des actions au sein d’associations, de collectivités etc., sans avoir besoin de présenter un diplôme. Ces missions peuvent aussi bien être effectuées en France qu’à l’étranger. Les secteurs proposés sont divers et variés, et on peut notamment retrouver : le sport, l’environnement, la solidarité, l’éducation, la santé, l’aide humanitaire etc…

Les idées reçues sur le service civique

Il est vrai qu’avec les rumeurs qui courent des fois dans tous les sens, certains stéréotypes peuvent arrivent jusqu’à tes oreilles, sans que ceux-ci ne soient fondés ou justifiés. On va donc essayer de casser ces préjugés avec toi dans le top 5 des idées reçues ci-dessous :

Idée reçue 1 : « Il faut être français pour participer au service civique »

Certains jeunes comme toi pourraient penser à tort qu’il faille absolument avoir la nationalité française pour exercer une missions. Hors, ceci est faux. En effet, si tu es français tu pourras partir en mission, mais certaines personnes n’ayant pas la nationalité pourront également partir tout comme toi.

Il s’agit notamment des jeunes qui sont nationalisés dans un pays de l’Union Européenne ou de l’EEE (Espace Économique Européen). Par conséquent, que tu sois finlandais, portugais, maltais, roumain, slovaque, grec, hongrois etc., tu pourras participer aux actions du service civique. Même les jeunes justifiant plus d’un an de séjour sur le sol français peuvent en faire partie. Comprends donc que le service civique peut vraiment être ouvert à tous.

Idée reçue 2 : « Il faut avoir de l’argent pour partir en mission »

Tu pourrais également penser qu’il faille avoir de gros moyens financiers pour partir en mission. Détrompe-toi ! Et bien au contraire, l’État te versera des indemnités chaque mois de plus de 500€ par mois, quelles que soient le nombre d’heures que tu travailleras par semaine. Comprend donc que faire une mission au sein du service civique te fera porter volontaire, le tout moyennant argent.

Idée reçue 3 : « Les volontaires partent en mission car ils ne trouvent pas de travail »

Il est vrai que certains jeunes partent en mission car ils sont au chômage ou qu’ils souhaitent trouver un petit boulot. Mais attention, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Au contraire, plusieurs d’entre eux ont choisi de rejoindre le service civique pour être pleinement volontaire, rendre service aux autres, et partager une expérience inoubliable, surtout si les missions sont à l’étranger.

Idée reçue 4 : « Il faut une expérience professionnelle ou un diplôme pour les missions »

Eh bien non, cette idée reçue est fausse ! Contrairement à d’autres formes de volontariat où il est parfois nécessaire d’avoir une expérience professionnelle ou un diplôme, ce n’est pas le cas du service civique. C’est une aubaine pour les jeunes comme toi, puisque que tu aies seulement ton brevet, un bac+2, un CAP, ou un bac+7, tu pourras partir en mission. Aucune restriction n’est donc à prendre en compte de ce côté là.

Idée reçue 5 : « En tant que personne atteinte d’un handicap, je ne pourrais plus toucher d’allocations »

Encore une fois, cette idée reçue est erronée. Même si tu es en situation de handicap, sache que tu pourras bénéficier de deux avantages : celui d’être indemnisé par le service civique chaque mois, comme chacun de tes collègues, mais également de garder tes indemnités de AAH (Allocation aux Adultes Handicapés). C’est pas beau ça ?

Articles en relation

Parcoursup : l’herbe est-elle plus verte chez nos voisins européens ?

Clémentine

Erasmus Days 2018 : 500 événements attendus en France

Anthony

Pourquoi faire le choix d’une année de césure à l’étranger ?

Claire