Image default

Nils Monselet : « Le job d’été à l’étranger est du pur bonheur »

Le job d’été a l’étranger est l’opportunité de travailler tout en voyageant. Chaque saison estivale, des milliers d’étudiants français choisissent le Royaume-Uni ou les Etats-Unis pour occuper un emploi saisonnier. Nils Monselet, parti dans l’état du Colorado, est l’un d’entre eux.

Le programme Work and Travel pour l’été 2019 a ouvert le 1er octobre dernier. Des étudiants partis l’été dernier reviennent tout juste de leur job d’été aux Etats-Unis. C’est le cas de Nils Monselet. Ce jeune toulousain de 22 ans se décrit comme une personne « curieuse et ouverte d’esprit ». C’est dans cette optique que le fan de sport est parti dans la ville de Buena Vista, dans le Colorado (Etats-Unis). Nils s’est envolé après avoir obtenu une licence d’économie et de mathématiques dans la Toulouse School of Economics. Sur place, il a travaillé dans la Liars’ Lodge Bed and Breakfast, un établissement de chambres d’hôtes en milieu naturel. Aujourd’hui en première année de Master mention Econométrie et Statistique, il raconte son séjour estival à la saveur très American Dream.

L’Etudiant-Voyageur : Pourquoi avoir décidé de réaliser un job d’été aux Etats-Unis ? Était-ce une volonté ou une obligation ?

Nils Monselet : J’ai décidé de choisir un job d’été aux Etats-Unis d’abord pour améliorer mon anglais. C’est une langue qui devient importante pour les études. Beaucoup de formations requièrent l’anglais. D’autre part, j’ai toujours voulu voyager aux Etats-Unis depuis que je suis tout petit. Mais financièrement, c’était plutôt compliqué. Voyager tout en travaillant était, pour moi, le bon compromis. En plus, je trouvais que sur le CV, une expérience à l’étranger ferait toujours mieux qu’un quatrième job étudiant en France.

E.-V. : Que peux-tu nous dire sur la vie en général à Buena Vista (Colorado) et sur ses habitants ? As-tu été confronté à un choc culturel ?

N.M. : La vie à Buena Vista était tout simplement géniale ! C’est une petite ville au milieu des montagnes du Colorado et tout le monde se connait. C’est une ville très agréable. Et comme son nom l’indique, la vue y est magnifique. La barrière de la langue a été un peu compliquée au début mais cela passe très vite. Au début, je me sentais un peu perdu au milieu de nulle part. C’est ce qui m’a le plus choqué : me retrouver dans une petite ville, à près de trente minutes de la ville voisine. Mais, cette sensation a été passagère.

E.-V. : Un moment de ton aventure à nous raconter ?

Adepte de sport en tout genre, Nils Monselet a profité de son job d’été pour faire du rafting avec son patron et ses collègues de travail.

N.M. : J’ai une anecdote sympathique à vous raconter !  C’était pendant la dernière Coupe du monde de football. Durant la finale, j’étais dans un bar du village. C’était un moment magique car j’étais le seul Français du coin. J’étais tellement enthousiaste que les habitants se sont mis à fêter la victoire avec moi malgré l’heure plutôt matinale !

E.-V. : Qu’est-ce que tu as aimé aux Etats-Unis ? A l’inverse, qu’est-ce que tu as moins aimé ?

J’ai envie de dire un peu tout. Je n’ai pas perçu de gros points négatifs là-bas. J’ai vraiment adoré mon séjour. Les points négatifs seraient essentiellement la nourriture et la gastronomie. En étant Français, on est, je crois, un peu plus difficile !

E.-V. : Qu’est-ce qui a particulièrement marqué ton voyage ?

N.M. : J’ai été marqué, à vie, par les personnes que j’ai rencontrées pendant mon emploi saisonnier. C’étaient des gens formidables qui venaient des quatre coins du globe grâce au programme World Travel. J’ai gardé contact avec des personnes et j’ai pour projet de voyager avec eux désormais.

E.-V. : Que va apporter le job d’été américain à ton projet professionnel ?

N.M. : J’ai pu nouer des contacts intéressants. Par exemple, j’ai rencontré une personne qui va vraisemblablement m’introduire à d’autres entreprises pour un futur stage. Mon niveau d’anglais s’est aussi nettement amélioré. Et par-dessus tout, ce sont des amis étrangers en provenance de pays différents avec qui je vais voyager.

Nils Monselet a fait des rencontres insolites à Buena Vista, à l’image de cet ourson aperçu près de la Chambre des Commerces.

E.-V. : Quels sont les conseils que tu donnerais à celles et ceux qui envisagent de partir comme toi ?

N.M. : Je leur conseillerais de se lancer à l’aventure ! C’est vrai que cela peut faire peur de travailler à l’étranger. Mais une fois lancé, le job d’été est du pur bonheur, des découvertes et des expériences très enrichissantes. Je pense aussi qu’il faut être ouvert d’esprit et aller vers les gens pour faire des rencontres. C’est, pour moi, le meilleur conseil afin de profiter au mieux de ce type de voyage.

E.-V. : Est-ce que tu recommanderais le programme Work and Travel ?

N.M. : Clairement, à 100% ! Pour moi, le séjour s’est bien passé ! Tout a été génial ! Le service Work and Travel est là, à tout moment, pour nous aider pendant les démarches administratives. L’équipe nous accompagne aussi sur place. D’un point de vue financier, mon séjour est une vraie réussite (NDLR : Nils Monselet était payé douze dollars de l’heure) ! J’ai pu rentrer en France avec de l’argent de côté. J’ai même pu bouger pendant mon voyage en découvrant les villes de Denver et de Los Angeles aux Etats-Unis et de Montréal, dans la province de Québec, au Canada.

Nils Monselet : « Le job d’été à l’étranger est du pur bonheur »
4.7 (94.59%) 37 votes

Articles en relation

Barbara, une fille Au Pair en Irlande

Claire

Colin Au Pair à Londres livre son témoignage

Claire

Florian et son « objectif Australie »

Claire