Image default

Bacheliers sans affectation de Parcoursup : que faire ?

Bacheliers sans affectation de Parcoursup : que faire ?
4.5 (90%) 2 votes

Parcoursup, le dispositif d’admission dans l’enseignement supérieur, a fermé ses portes le 21 septembre dernier. Moins d’un millier de bacheliers étaient encore en attente au moment de la clôture. Des alternatives professionnelles loin des bancs de la faculté existent pour ne pas manquer son année. Revue des solutions.

Près de 955 bacheliers en attente à la clôture de Parcoursup

L’orientation universitaire et Parcoursup ont fermé leurs rideaux pour cette année. Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, a évoqué une « vrai réussite » au moment de tirer le bilan de la première année de ce nouveau dispositif. Si les premiers chiffres révélés sont dans l’ensemble plutôt positifs, une interrogation demeure. En effet, selon le gouvernement, près de 955 bacheliers n’avaient pas reçu ou accepté de formation. En clair, moins d’un millier de jeunes se retrouvent sans projet professionnel après l’été. Cette situation est préoccupante à plus d’un titre. Elle peut générer du stress pour les jeunes laissés sur le carreau qui ne savent pas quoi faire. Le gouvernement invite ces néo-bacheliers à se rapprocher du rectorat de leur académie. En effet, des solutions très différentes sont possibles. Les centres d’information et d’orientation accompagnent les jeunes sans projet. Il est possible de les retrouver un peu partout en France. Les CIO proposent des pistes pour occuper son temps de manière professionnelle et ainsi éviter de faire une « année blanche ».

La solution : pratiquer une année de césure

Il existe des moyens pour contrer une inscription ratée à la formation ou à l’école voulue. Parmi les pistes envisageables, l’année de césure sera surement évoquée par les conseillers d’orientation. Cette dernière – appelée gap year à l’étranger – est même recommandée afin de bien définir son projet professionnel futur. En effet, trop de bacheliers se réorientent après la première année. Ce phénomène est notamment visible dans les études de médecine ou de droit qui écartent des candidats peu ou mal orientés. Une année de césure permet ainsi de travailler son avenir pendant quelques mois. L’idéal est d’écouter ses envies et sa motivation.

Une année de césure se caractérise par une démarche volontaire qui permet à un jeune d’interrompre temporairement ses études. Ainsi, le millier de bacheliers en attente de formation peut s’essayer à un domaine dans le cadre d’un service civique ou d’un volontariat à l’international. Une année de césure est une année passée loin des bancs de l’école. Mais, elle a un intérêt professionnel certain pour ceux qui la tentent. Attention, il ne faut pas confondre l’année de césure avec une année sabbatique. Cette dernière est un congé qui permet de s’éloigner du milieu professionnel en consacrant son temps libre à du repos ou à des vacances prolongées. L’année sabbatique est surtout privilégiée par des employés ou des cadres qui souhaitent se détacher de leur travail.

Un séjour linguistique

C’est quoi ?

Le séjour linguistique est le parfait moyen pour lier l’utile à l’agréable ! C’est un voyage à l’étranger qui a pour objectif une totale immersion culturelle. Ce programme est ouvert à tous, du primaire à l’âge adulte. Quel que soit son âge, un candidat au séjour linguistique file dans un pays pour apprendre une langue. Cela peut être l’anglais, l’espagnol, l’italien, le mandarin ou le japonais. L’apprentissage de la langue se déroule dans une école de langues implantée un peu partout dans le monde. Les cours se font généralement en « part-time ». En clair, le candidat suit des cours en classe le matin. Et l’après-midi, il peut faire les activités (sportives, culturels ou touristiques) qu’il souhaite avec les camarades tout juste rencontrés. Des cours standards, intensifs ou même business sont proposés. Les cours business permettent d’apprendre une langue en rapport avec le domaine de formation souhaité. Pour un bachelier, le séjour linguistique est une expérience qui permet de se mettre à niveau dans une langue.

Pour quelle durée ?

Le séjour linguistique varie de quelques semaines à plusieurs mois. Pour apprendre au mieux une langue, l’idéal est d’y passer un maximum de temps. En quelques semaines, il est délicat de s’immerger complètement dans une nouvelle culture. Les progrès se voient dès lorsqu’une personne a passé du temps en séjour linguistique.

Où le réaliser ?

Le séjour linguistique peut s’effectuer aux quatre coins du globe. Les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne font partie des meilleures destinations pour améliorer son anglais. Pour l’espagnol, il s’agit de l’Espagne et des pays d’Amérique latine. Les méthodes pour l’apprentissage ne changent pas d’un pays à l’autre. En revanche, l’avantage de ce concept est de pouvoir choisir le pays que l’on souhaite découvrir.

Un service civique

C’est quoi ?

Le service civique se présente comme une manière différente de travailler. Le dispositif existe depuis 2010. Celui qui est appelé le volontaire en service civique intègre bien souvent le service public d’une collectivité territoriale. Il peut s’agir d’une mairie ou d’un conseil départemental. Les lieux de service civique ne s’arrêtent pas là. Un bachelier sans formation à la rentrée peut effectuer son volontariat auprès d’établissements publics comme les collèges ou les musées. Les domaines d’application sont variés : culture, humanitaire, éducation, environnement, santé ou encore solidarité. La citoyenneté est la principale valeur du service civique dont le but est de servir pour l’intérêt général. C’est bien plus qu’un travail, c’est un engagement volontaire. Le service civique est ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans – et jusqu’à 30 ans pour les personnes en situation de handicap. Aucun diplôme n’est requis pour être recruté. Pour passer l’étape de l’entretien d’embauche, il suffit de montrer suffisamment d’envie et de motivation.

Pour quelle durée ?

La durée d’un service civique peut aller de six à douze mois. Le volontaire touche une indemnisation de 580 euros net par mois. La durée hebdomadaire d’une mission est d’environ 24 heures par semaine.

Où le réaliser ?

La majorité des offres de service civique sont à retrouver sur le territoire français. Mais, il est possible de le faire à l’étranger, notamment dans un pays européen. Depuis 2010, environ 2000 jeunes se sont envolés dans les des 90 pays proposant des missions d’intérêt général.

Un séjour au pair

C’est quoi ?

Comme le séjour linguistique, le voyage au pair est une manière de s’immerger dans un pays étranger. En revanche, il ne s’agit pas de suivre des cours pour parfaire une langue mais de travailler. En effet, la fille ou le garçon au pair est intégré au sein d’une famille d’accueil. Celle-ci lui confie des tâches – essentiellement ménagères – à effectuer. Elle lui permet également de s’occuper des enfants d’une famille. Le jeune au pair a ainsi une réelle responsabilité dans l’éducation des enfants. Ce programme s’adresse donc aux bacheliers qui, dès l’âge de 18 ans, sont intéressés par le milieu de la petite enfance par exemple. En échange de ses missions, la famille accueille, nourri et loge le jeune au pair. Des sorties et des activités sont souvent proposées en famille pendant les périodes de congés.

Pour quelle durée ?

La durée de séjour au pair est différente selon les pays visés. La destination souvent privilégiée par les bacheliers est le Royaume-Uni. Outre-manche, le séjour au pair peut se faire pendant un mois et ce jusqu’à deux ans. Pour les Etats-Unis, il faut compter au minimum une année sur place. En plus de l’accueil, la fille ou le garçon au pair reçoit une indemnisation qui diffère suivant les tâches effectuées.

Où le réaliser ?

Les bacheliers peuvent faire leur séjour au pair partout dans le monde. Des organismes spécialisées mettent en relation les candidats et les familles d’accueil. Pour optimiser au mieux son séjour, il est conseillé de privilégier un pays dont la langue intéresse. En effet, le bachelier aura plus de facilité à communiquer quotidiennement avec la famille.

Un volontariat associatif

C’est quoi ?

Voisin du service civique, le volontariat associatif s’adresse uniquement aux plus de 25 ans. Le volontaire intègre une association qui traite des domaines environnementales, humanitaires ou culturels. Comme le service civique, le volontariat associatif propose d’œuvrer pour des valeurs comme la cohésion, le vivre-ensemble ou encore la citoyenneté. En revanche, contrairement aux services civiques, le volontaire peut gérer des bénévoles d’une association.

Pour quelle durée ?

Le volontariat associatif peut durer de six à vingt-quatre mois. Les missions s’étalonnent sur 24 heures à 48 heures par semaine. Pendant son volontariat associatif, le jeune est rémunéré à hauteur de 119,02 euros à 796,97 euros selon le temps consacré aux missions. La seule condition pour effectuer un volontariat associatif est d’être ni salarié, ni fonctionnaire de l’établissement associatif.

Où le réaliser ?

Il est possible d’effectuer sa mission de volontariat associatif en France comme à l’étranger. L’association ou la fondation d’accueil doit simplement être un organisme agréé par l’Etat.

Un job d’été à l’étranger

C’est quoi ?

Un emploi saisonnier à l’étranger est l’occasion rêvée de voyager tout en travaillant. Les bénéfices sont multiples pour le bachelier qui se lance dans cette aventure : engranger une expérience professionnelle, mettre un peu d’argent de côté et apprendre une langue étrangère. Les jobs d’été à l’étranger proposés sont très variés. Ainsi, un bachelier qui veut découvrir le domaine de la vente aura l’occasion d’être agent d’accueil dans un parc d’attraction américain ou serveur dans un restaurant londonien. Des summer works sont beaucoup plus originaux. En effet, il est possible d’être garde-côte sur une plage californienne ou photographe dans parc naturel américain.

Pour quelle durée ?

L’emploi saisonnier à l’étranger peut se passer dans n’importe quel pays étranger. Pour les Etats-Unis, les missions sont ouvertes de juin à septembre. Le programme londonien de Work and Travel a l’avantage d’être ouvert toute l’année. Il suffit simplement d’être disponible au moins deux mois.

Où le réaliser ?

Des dispositifs d’emplois saisonniers existent un peu partout dans le monde. Il est recommandé de le faire dans un pays anglophone afin d’améliorer son apprentissage de la langue de Shakespeare. Les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni ou encore l’Australie apparaissent comme des destinations idéales.

Un Volontariat International en Entreprise

C’est quoi ?

Le Volontariat International en Entreprise est une manière nouvelle de s’engager à l’international pour des étudiants, des diplômés ou des demandeurs d’emploi. Il s’adresse uniquement à des jeunes de 18 à 28 ans qui veulent exercer une activité dans la filiale étrangère d’une entreprise française. Celui qui est plus communément appelé le VIE obtient le statut public et est placé sous tutelle de l’Ambassade de France du pays d’accueil. Les secteurs professionnels d’un volontariat de ce type sont assez larges. Il peut s’agir des domaines liés à la finance, à la communication, au tourisme mais aussi à la culture, au sport ou encore à l’environnement. Le VIE est une belle manière de démarrer une carrière à l’international dans un grand groupe français.

Pour quelle durée ?

Le Volontariat International en Entreprise (VIE) dépasse généralement une année. Il peut aller de six à vingt-quatre mois. Il peut même être renouvelé en cas de volontariat réussi. En échange de son travail, le volontaire obtient une rémunération fixe de 723,99 euros. Celle-ci peut être surélevée selon le bon vouloir de l’entreprise d’accueil. Attention, un volontaire international doit se rendre au minimum 200 jours par an à l’étranger dans la filiale délocalisée s’il souhaite effectuer ses missions en France.

Où le réaliser ?

Le Volontariat International en Entreprise est à accomplir à l’étranger, que ce soit en Europe ou ailleurs. Les bacheliers volontaires peut avoir des missions à effectuer sur le territoire hexagonal selon la description de la mission.

Comment préparer sa rentrée 2019 ?

En parallèle à l’année de césure, un bachelier ne doit pas pour autant se couper complètement des études. S’il désire poursuivre un cursus universitaire, il lui faudra impérativement chercher une formation pour la rentrée prochaine. Celle-ci se prépare au plus tôt, dès la fin de cette année. Des salons étudiants sont proposés toute l’année pour la dénicher. La plupart se déroule dans les grandes villes à l’image de Paris, Marseille, Lyon ou encore Clermont-Ferrand. Ils permettent de découvrir des formations ou bien des alternatives à l’enseignement pour la rentrée 2019.

La grande nouveauté de cette année est le lancement d’un site internet qui accueille des salons étudiants entièrement digitalisés. Ce programme se nomme MonSalonEtudiant.com et propose une trentaine d’événements. Le premier salon a eu lieu le 25 septembre dernier et concernait les écoles de commerce. Les avantages de cette révolution par rapport aux salons étudiants classiques et physiques sont nombreux. Les salons virtuels permettent, par exemple, de ne pas se déplacer dans la France entière. Il est ainsi possible de dialoguer directement avec des représentants d’écoles sans avoir à bouger de chez soi. Cette solution s’adresse donc parfaitement aux bacheliers qui choisissent de se rendre à l’étranger pour faire une année de césure.

En plein essor, la relation d’étudiants à étudiants a la côte. Quoi de mieux que d’obtenir le témoignage direct d’un étudiant déjà présent dans la filière ? Le plateforme Study Advisor www.studyadvisor.fr te propose de prendre gratuitement et de manière illimitée rendez-vous avec des étudiants Advisors qui pourront t’aider à faire les bons choix d’orientation, eux-mêmes étant passés par les mêmes problématiques. Quelles sont les matières ? Les rythmes de cours ? La difficulté … ? 5 000 advisors de toutes les filières et de toute la France sont disponibles sur la plateforme avec plus de 65 000 étudiants déjà orientés en 2 ans.

Articles en relation

Rentrée : que faire si on est perdu face à son avenir ?

Clémentine

Les destinations à voir absolument en 2019 selon Lonely Planet

Anthony

Pourquoi faire le choix d’une année de césure à l’étranger ?

Claire